Le SCDF NSF retrouvé mort au bloc Clementi avait indiqué des sentiments de dépression, le tribunal entend

Le SCDF NSF retrouvé mort au bloc Clementi avait indiqué des sentiments de dépression, le tribunal entend

mars 8, 2019 0 Par admin

SINGAPOUR: Un Singapourien de 18 ans, retrouvé mort au pied d’un bloc à Clementi l’année dernière, avait indiqué lors de sa première nuit de service national qu’il se sentait souvent déprimé, a fait savoir une enquête du coroner vendredi (22 février).

M. Muhammad Ahad Lone était rentré à Singapour d’outre-mer pour faire son service au sein de la Force de défense civile de Singapour (SCDF), a déclaré le tribunal le premier jour de l’enquête.

L’agent d’enquête, Tan Yeow Chong, a pris la parole et a partagé les résultats de l’enquête.

M. Ahad a commencé son service le 6 février 2018, mais a pris plusieurs congés pour raisons médicales, signalant qu’il était malade à l’Académie de la défense civile (CDA) et à l’hôpital universitaire national à 13 reprises au cours des sept premières semaines, selon un rapport d’enquête de police.

Après avoir consulté un médecin pendant plusieurs semaines pour des affections persistantes, notamment une infection des voies respiratoires supérieures, une gastro-entérite et une insomnie, un médecin a demandé à M. Ahad s’il souffrait de stress non médical.

Le 29 mars 2018, il a déclaré au médecin du centre médical de l’ADC qu’il souffrait d’insomnie et d’un manque d’appétit. Il a également déclaré qu’il avait des idées suicidaires et qu’il avait l’intention de se couper le poignet et de mettre fin à ses jours.

Il a été immédiatement emmené au service des urgences de l’Institut de santé mentale (IMH) en ambulance. Selon un rapport d’IMH, M. Ahad serait venu à Singapour seul pour compléter son service national et aurait eu des difficultés avec la structure régimentaire du service national.

Il se sentait parfois triste et avait pensé se couper le poignet, mais il n’avait pas agi en conséquence. Il n’avait pas tenté de se suicider ni de s’automutiler, selon le rapport.

Ses symptômes d’humeur s’amélioraient à chaque fois qu’il quittait le camp et il rêvait d’entrer dans une université de la Ivy League pour étudier l’économie ou la finance. On lui a diagnostiqué un trouble de l’adaptation, une humeur dépressive et des médicaments contre l’insomnie.

Aucun symptôme psychotique, aucune idée suicidaire active, ni risque de suicide imminent n’a été décelé, et il devait retourner à IMH pour un suivi dans un délai de quatre à six semaines.

DÉCÉDÉ NE POUVAIT PAS S’ADAPTER À LA MÉTÉO DE SINGAPOUR, SE FAIT SEULEMENT

L’enquête de la police a révélé que M. Ahad avait rempli un formulaire la première nuit de son enrôlement indiquant qu’il se sentait souvent déprimé, avait déjà essayé de se faire mal et s’inquiétait de sa situation financière.

Il a également indiqué dans le formulaire – que toutes les recrues sont tenues de remplir – qu’il était incapable de s’adapter au climat de Singapour et qu’il se sentait seul et nostalgique.

Ce jour-là, la priorité a été donnée à un entretien avec le commandant de peloton.

Selon le commandant du peloton, M. Ahad a déclaré lors de l’entretien qu’il avait en grande partie surmonté les problèmes qu’il avait signalés. Il a déclaré qu’il ne souhaitait pas voir un conseiller du SCDF mais préférait parler au commandant de peloton.

Cependant, les problèmes médicaux de M. Ahad ont commencé le lendemain du jour où il a commencé son service national. La série de visites chez le médecin l’a vu chercher un traitement pour des maladies telles que fièvre, insomnie, infection virale, gastrite et vomissements.

Au cours de quelques visites, il a demandé des médicaments contre l’insomnie. Il a dit à l’un des médecins qu’on lui avait déjà prescrit Xanax au Canada.

En raison de sa fréquente maladie, M. Ahad n’a pas réussi à suivre l’essentiel du programme de formation. Il était plutôt en congé léger ou en congé de maladie. Il a également été informé des conséquences de la limitation du nombre de congés pour raisons médicales et lui a dit de ne pas prendre de congé pour raisons médicales à l’extérieur du camp, mais de s’inscrire et de consulter un médecin pendant son séjour.

L’enquêteur a déclaré qu’à plusieurs reprises, M. Ahad n’avait pas fait de réservation dans le camp mais s’était plutôt absenté sans permission. La veille de sa mort, il était confiné dans la salle des gardes à titre de punition.

Selon l’agent de service, M. Ahad aurait été vu en train de lire et de dormir pendant la nuit et aurait été démis de ses fonctions le lendemain matin.

Il regagna son appartement à Pine Grove, où il s’était arrangé pour rencontrer la locatrice et déménager. Elle a dit que cela l’avait surprise, puisqu’il avait déjà mentionné vouloir prolonger son bail.

DÉCÉDÉ TROUVÉ PAR LE VOISIN, SANS DROGUE OU ALCOOL DANS SON SANG

Un voisin qui attendait un taxi vers 13 h 30 le 7 avril 2018, a entendu un son fort et a vu M. Ahad allongé sur le sol, immobile.

Il a appelé la police et les ambulanciers ont déclaré M. Ahad mort à 13h36. Il portait un polo gris, un pantalon SCDF et était pieds nus.

Une autopsie a certifié que la cause du décès était une blessure multiple compatible avec une chute de taille et qu’aucun alcool ni drogue n’avait été retrouvé dans son sang.

L’unité située au 15ème étage de Pine Grove, qu’il partageait avec des colocataires, était soignée et il n’y avait aucun signe de violence ou de pillage. Selon les enquêtes de la police, il était probablement tombé de la fenêtre de la cuisine de l’unité et il était peu probable qu’il ait trébuché. Au lieu de cela, il s’agissait probablement d’un acte de suicide délibéré.

Selon le copain assigné à M. Ahad au centre de formation de base en sauvetage de SCDF, M. Ahad avait déclaré à certaines occasions qu’il n’avait pas d’amis proches à Singapour et qu’il se sentait seul.

Il était également triste parce que sa mère lui manquait et il avait l’impression d’être « un fardeau pour le peloton » car il avait pris beaucoup de congés de maladie et ne se sentait pas bien.

M. Ahad a également dit à son ami qu’il y avait une voix dans sa tête lui disant de se tuer.

Son copain a déclaré que M. Ahad n’avait pas été victime d’intimidation, ce que le commandant de peloton a corroboré. Lorsque le conseil d’état, Jaime Pang, lui a demandé s’il y avait des signes de brimades selon le rapport de l’enquête, le policier qui a témoigné a déclaré qu’il n’y en avait pas.

La mère de M. Ahad a déclaré avoir communiqué avec son fils alors qu’elle se trouvait au Pakistan, mais n’avoir entendu parler d’aucun problème.

Son fils lui avait dit qu’il était heureux et qu’il voulait devenir pompier comme son grand frère. Cependant, elle a plus tard entendu dire de lui que quelque chose n’allait pas et « ne convenait pas » avec lui. Il a également déclaré qu’il avait été puni et qu’il était de garde.

Vers midi, le jour de son décès, M. Ahad a appelé sa mère pour lui demander comment elle allait et son frère.

Sa mère a déclaré qu’elle ne croyait pas que son fils s’était suicidé, mais qu’elle réagissait plutôt aux médicaments prescrits.

La famille est représentée par les avocats K Anparasan et Osman Khan de Whitefern LLC, mais n’a pas pu être présente à l’audience, car ils se trouvent au Pakistan.

En réponse aux questions de Channel NewsAsia, SCDF a déclaré qu’il avait accordé une attention médicale et des conseils à M. Ahad, après avoir informé ses supérieurs qu’il avait eu du mal à s’adapter à son nouvel environnement.

« Compte tenu de cela et de ses divers problèmes de santé, le SCDF lui a continuellement fourni des soins médicaux rapides, un soutien psychologique au sein du SCDF, ainsi qu’un renvoi à l’Institut de santé mentale pour traitement, » a déclaré un porte-parole du SCDF.

« Cependant, le 7 avril 2018, REC (recrue) Ahad a été retrouvé immobile au pied du bloc résidentiel où il avait loué une chambre et a été déclaré mort », a ajouté le porte-parole.

« Nous sommes attristés par sa mort et avons fourni à sa famille assistance et soutien. »

L’enquête a été ajournée dans l’après-midi et les dates futures n’ont pas encore été fixées.

Où obtenir de l’aide: Les Samaritains de Singapour ont une ligne téléphonique ouverte 24 heures sur 24, au 1800 221 4444 , ou vous pouvez envoyer un courrier électronique à pat@sos.org.sg . Vous pouvez également trouver une liste des lignes d’assistance internationales ici . Si une personne de votre connaissance court un risque immédiat, appelez les services médicaux d’urgence 24 heures sur 24.


Huile de CBD peut aider avec troubles de sommeil. Visite HuileCBD.be


Lire la suite