Resmed Inc (RMD) T4 2019 Transcription de l'appel des résultats

Resmed Inc (RMD) T4 2019 Transcription de l'appel des résultats

août 2, 2019 0 Par admin

Translating…

RMD earnings call for the period ending June 30, 2019.

Motley Fool Transcribers

Motley Fool Transcribers

Jul 25, 2019 at 11:23PM

Health Care

Logo of jester cap with thought bubble.

Image source: The Motley Fool.

Resmed Inc (NYSE:RMD)
Q4 2019 Earnings Call
Jul 25, 2019, 4:30 p.m. ET

Contents:

  • Prepared Remarks
  • Questions and Answers
  • Call Participants

Trending

Prepared Remarks:

Operator

Welcome to the Q4 Fiscal Year 2019 ResMed’s Earnings Conference Call. My name is Rob and I will be your operator for today’s call. [Operator Instructions]

I will now turn the call over to Amy Wakeham, Vice President of Investor Relations and Corporate Communications. Amy, you may begin.

Amy WakehamVice President of Investor Relations and Corporate Communications

Great, thank you, Rob. Good afternoon, and good morning everyone. Thanks for joining us and welcome to ResMed’s Fourth Quarter Fiscal Year 2019 Earnings Call. This call is being webcast live and the replay along with a copy of the earnings press release and our updated investor presentation will be available on the Investor Relations section of our corporate website.

Joining me on the call today to discuss our quarterly results are CEO, Mick Farrell; and CFO, Brett Sandercock. Other members of management will be available during the Q&A portion of the call.

During our call, we will discuss several non-GAAP measures. For a reconciliation of the non-GAAP measures, please review the notes to today’s earnings press release. As a reminder, our discussion today may include forward-looking statements, including but not limited to expectations about ResMed’s future performance. We believe these statements are based on reasonable assumptions; however, our actual results may differ. You’re encouraged to review our SEC filings for a discussion of the risk factors that could cause our actual results to differ materially from any forward-looking statements.

With that, I’d like to now turn the call over to Mick.

Mick FarrellChief Executive Officer

Thanks, Amy, and thank you to all of our shareholders for joining us today as we review results for the fourth quarter of fiscal year 2019 for ResMed. On today’s call, I will discuss our long-term strategy, I’ll review top-level financial results, some business highlights from the quarter and a few key milestones. Then, I’ll hand the call over to Brett, who will walk you through our financial results in further detail.

Reflecting back on fiscal year 2019, we have a lot to be proud of here at ResMed’s. The business is performing well. We passed $2.6 billion in revenue and grew at double digits in the top line and the bottom line. We are exiting the year with momentum and I feel strongly that we are well positioned heading into fiscal year 2020 and beyond.

ResMed’s is the world’s leading technology-driven healthcare company. We have more than 10 million 100% cloud connectable medical devices in the market around the world and our AirView cloud ecosystem monitors more than 11 million patients’ accounts, while our out-of-hospital software systems are helping to manage 19 million more. So, that is over 100 million lives that we improved with ResMed’s products, services and solutions in the last 12 months.

We have over 4.5 billion nights of medical sleep and respiratory care data, which continues to grow exponentially. And we are turning these data into actionable insights that will inform future innovation in products and software solutions to further benefit our customers. Our relentless focus on innovation continues to set us apart from our competition, demonstrated by the success of our lighter software releases and our lightest sleep apnea mask systems that we’ve just launched.

We have ambitions and strong ambitions to grow. We’re going to grow our business at volume at double-digits. And we’re going to improve 250 million lives in 2025. We’ll do that by helping people live happier, healthier and higher quality lives outside the hospital. We remain laser focused on growth in our core business of sleep apnea as well in as in our adjacent businesses of COPD and asthma and other chronic conditions.

We’ve expanded our focus to include out-of-hospital software solutions that help customers create efficiencies, take costs out of the system and improve the quality of care across home medical equipment providers, home health and hospice services, as well as skilled nursing facilities and beyond. In short, we believe the future of healthcare is outside the hospital, that’s where ResMed’s completes and that’s where we win.

Let’s briefly now review our top level financial results. I mentioned earlier that we ended the fiscal year on a strong note and it is, thanks to our 7,500-person global team and their hard work to drive these great results. We achieved another quarter of double-digit revenue growth, up 15% in constant currency. We produced constant currency growth in both domestic and international sales, as well as in our Software-as-a-Service business, which is growing organically, as well as through contributions from our recent acquisitions. We continue to deliver operating leverage through the business with non-GAAP operating profit growth of 18% year-over-year and non-GAAP diluted earnings per share of $0.95.

Let me now turn to a discussion of highlights across our sleep apnea and respiratory care businesses. In the devices category across these two businesses, we delivered a good quarter with year-over-year constant currency growth of 8% globally, supported by 11% growth in the United States, Canada and Latin America geographies. We had 1% constant currency growth of devices in combined Europe, Asia and the rest of world. We continue to cycle through strong year-over-year comparisons in France and Japan as a result of digital health-related fleet upgrades that we’ve previously discussed and we will continue to do so for a number of quarters.

Underlying patient growth remains healthy around the globe. ResMed is well positioned to continue to benefit from strong fundamental market dynamics, including an aging population, as well as increased awareness and attention from governments, payers, providers and physicians to better manage chronic disease. The masks and accessories growth of our business was very strong during Q4. We were up 15% in constant currency globally. In the US, Canada and Latin America geographies, masks and accessories grew at 16%. And in Europe, Asia and the rest of world geographies, we grew at 12% in constant currency terms in masks and accessories.

We are taking share around the world with our latest patient interface innovations. We make the smallest, quietest and most comfortable masks in the market. Results of this quarter show the benefits of this innovation as customers vote for ResMed with their wallets. Our flagship masks, the AirFit F20 in the full face category and the AirFit N20 in the nasal category, continue their success across global markets. Of three most recent masks launches, the F30 the N30i and the P30i have taken off at an incredible pace. These market share gains are complemented by higher rates of adherence driven by our digital solutions and increasing adoption of mask resupply programs through the market. We have expanded our mask portfolio to offer even more options for physicians and home care providers and for the specific needs of the ultimate customer, the person who suffocates every night with sleep apnea. We remain focused on driving innovation to meet underserved customer needs, and while these new masks have a lot of runway ahead, we also have an exciting product pipeline for the future.

We are the industry leader in digital health technology. We now support well over 11 million patients with AirView, our cloud-based platform, for managing sleep apnea and COPD patients, and more than 10 million 100% cloud connectable ResMed devices have been sold into the market. Over the past 12 months, we have improved the lives of 15 million people by delivering sleep apnea and COPD treatment devices and full mask systems. Our industry-changing AirSense 10 device platform and the Air Solutions cloud-based software ecosystem are still seeing strong adoption. Our device market share continues to grow as patients and healthcare providers choose ResMed and physicians prescribe ResMed. Our digital health technology solutions have been proven to improve both business and patient outcomes. We are the market leader and we will never stop innovating in this field. We believe the digital health technology combined with the medical equipment used to treat patients can add substantial value and improve both clinical outcomes and the patient experience.

Digital end-to-end solutions connectivity making information available to patients on their own smartphones through apps like myAir and Propeller, as well as supporting patients through their chronic disease progression can altogether make a significant difference in both health outcomes and quality of life of patients. Through digital health technology, we are driving engagement with patients so they can enjoy the benefits of the best therapy available and so the costs of chronic disease can be better managed by their physicians and other healthcare providers. The success of our connected health devices is producing an incredible data engine. We now have over 4.5 billion nights of medical sleep apnea and COPD data in the cloud. Using advanced analytics, we are turning these clinical data into actionable insights. We are lowering labor costs for our home care provider customers and we are taking waste out of the system through our focus on developing solutions to get the right healthcare product or service to the right patient at the right time.

At the American Thoracic Society and at the Sleep Medicine Conference during the quarter, we presented over 40 clinical studies from our digital health databases. We are advancing the field of Sleep Medicine with Dr. Nunez, Dr. Benjafield and Dr. Olmstead and their physician colleagues from around the world. Just over one year ago, we announced a joint venture with the Alphabet subsidiary Verily to study the health and financial impacts of untreated sleep apnea. Based on research outcomes from this JV, we will develop software solutions to help identify, engage and better manage people with sleep apnea. The JV has been set up and is running since November of last year and the combined ResMed-Verily team is making good progress to analyze data, the cloud software and to launch pilot studies into the market. This investment, which can be seen as a sophisticated tech-driven research and development project, is a great long-term bet. Over time, we know this work will drive incremental growth in our core sleep apnea business, while allowing ResMed to participate in a broader ecosystem covering sleep apnea, cardiovascular disease, diabetes and other major chronic diseases. Everything we do supports our ambition to help the more than 936 million people worldwide, who suffocate every night with sleep apnea and the nearly 400 million people worldwide who suffer from chronic obstructive pulmonary disease or COPD.

In January, we closed on the acquisition of Propeller Health. This is a significant addition to our vision of longitudinal solutions in respiratory care. Propeller’s digital health solution helps people and their doctors better manage COPD and asthma healthcare. Propeller rounds out ResMed’s portfolio to now treat COPD patients through all stages of their disease. As a reminder, Propeller’s advanced digital health platform leverages small sensors that are attached to the inhalers for these medicines. These sensors then pair with an easy-to-use cloud-based mobile app that automatically tracks COPD medication use and provides personalized feedback and insights to the individual, much like myAir and our other sleep apnea patient engagement systems, just not at the same scale yet. The Propeller team is making really good progress as they work with partners to reach commercial scale. We’re very encouraged about where we are at with the team.

There are few things that I can point to that gives you an idea of how Propeller solutions are being recognized and adopted by their partners. In May, the Cleveland Clinic published research showcasing that the use of Propeller’s digital medicine platform for COPD patients reduced the Cleveland Clinic’s COPD-related healthcare utilization and hospitalizations across their clinic. In the year before the study, patients to average 3.4 visits per patient per year; following the use of Propeller’s technology, the right decreased to 2.2 visits per patient per year, with the majority of patients indicating that the sensor was convenient and very easy to use. That 35% reduction in clinic visits is an incredible cost savings and productivity opportunity for hospital systems and payers. Earlier this week, Walgreens announced that Propeller has been added to the pharmacy’s health platform called, Find Care, expanding the ability to get Propeller into the hands of people struggling to manage their chronic disease through Walgreens.

Propeller’s clinically validated solutions have demonstrated amazing outcomes, including pilot study showing a 58% improvement in medication adherence, a 48% increase in symptom free days, as well as a 53% reduction in emergency room visits. These are impressive results and we can’t wait to scale them. The evolution that we have made in our respiratory care business has set ResMed up to become the global leader in digital health for COPD from stage 1 and stage 2 COPD with Propeller to stage 3 and stage 4 COPD with portable oxygen and non-invasive solutions. We will continue to help physicians, providers, payers and patients as they manage COPD; this important, progressive and chronic disease, keeping people out of the hospital happy and healthy in their homes.

Let’s now turn to a discussion of our Software-as-a-Service business for the out-of-hospital healthcare settings that we operate in. Our SaaS portfolio continues its growth trajectory, with revenue up 111% year-on-year on a reported basis this quarter. On an organic pro forma basis, comparing results in Q4 to the results of these businesses before recent acquisitions, Brightree grew in the high-single digit range and MatrixCare grew low double digits. We are pleased with the momentum in progress the teams have made as we integrate and optimize across the portfolio for growth. Our competitive advantages and leading SaaS positions in home medical equipment, skilled nursing facilities, home health, hospice and other out-of-hospital care markets support ongoing portfolio growth. On a pro forma basis, we are growing this portfolio at high single-digits across the blended SaaS portfolio and we have a clear pathway to drive sustainable double-digit growth in our SaaS portfolio as we further integrate these businesses.

I’d like to call out a few highlights from the quarter. Our Brightree home health and hospice electronic medical record solution was awarded the 2019 Medtech Breakthrough Award for best overall healthcare administration software. Additionally, our latest KLAS or KLAS scores for home health and hospice have gone up again. KLAS looks at many aspects of customer satisfaction, which provides a holistic measure of performance, so the trend and these latest data further validate our leading position and high quality offering in the marketplace. As you may recall MatrixCare has received the Best in KLAS for long-term care software three years in a row. We have now organized all of our home health and hospice solutions from both HEALTHCAREfirst and Brightree under MatrixCare management. This will allow customers who operate across care settings to enjoy the scalability and seamless transfer they want, but it also helps patients and aging seniors to navigate more easily across these healthcare settings.

Additionally, we launched MatrixCare One, which is a single platform for care management across out-of-hospital healthcare settings. Having the single platform enables centralized management of care settings, consistency between functions, user management and navigation and a single view of the individual, resulting in streamlined care transitions for our customers. Also during the quarter, Brightree launched a new pharmacy suite for home infusion therapy providers and HME pharmacies. We’ve also expanded our Brightree ReSupply solution into three new categories, incontinence, diabetics and enteral, to enable HMEs to create efficiencies and optimize patient support.

In summary, for the SaaS business, we have a vision to transform and significantly improve out-of-hospital healthcare. ResMed is the strategic player best positioned to lead this transformation. We are connecting capabilities across Brightree and MatrixCare platforms and care settings to help our customers be more efficient, so they can better serve an aging population, helping them stay out of hospital and in a lower cost, higher quality care setting of their choice, and the best place is almost always their own home.

Before I turn the call over to Brett, let me close with this. We had a great fiscal year 2019. Full-year revenue was up 15% in constant currency and we translated that into 18% operating profit growth. We are well positioned to continue to drive top and bottom line growth in fiscal year 2020 and beyond. We published the prevalence data study showing the 936 million people worldwide with sleep apnea in the top-tier clinical journal, Lancet. Our connected health strategy continues to support growth across global markets and the continued traction of our diversified mask and device portfolio, along with an expanding pipeline of new products and enhanced digital health solutions for sleep apnea, COPD and out-of-hospital medical software markets. We have confidence in our ongoing momentum.

Finally, we positioned ResMed for the long term as an innovative global leader in digital health. Our triple aim is to slow chronic disease progression, to reduce overall healthcare system costs and to improve outcomes and quality of life for the ultimate customer, the patient.

With that, I’ll turn the call over to Brett for his remarks and then we’ll open the lines up for Q&A. Brett, over to you in Sydney.

Brett SandercockChief Financial Officer

Right. Thanks, Mick. In my remarks today, I will provide an overview of our results for the fourth quarter of fiscal year 2019. As Mick noted, we had a strong quarter. Group revenues for the June quarter was $705 million, an increase of 13% over the prior year quarter or in constant currency terms revenue increased by 15%. Excluding revenue from acquisitions, group revenue increased by 8% on a constant currency basis.

Taking a closer look at our geographic distribution and excluding revenue from our Software-as-a-service business, our sales in US, Canada and Latin American countries were $396 million, an increase of 11% over the prior-year quarter. Sales in Europe, Asia and other markets totaled $234 million, a decrease of 1% over the prior-year quarter. However, in constant currency terms, sales in combined Europe, Asia and other markets increased by 4% over the prior-year quarter.

Breaking out revenue between product segments; US, Canada and Latin America device sales were $203 million, an increase of 7% over the prior-year quarter. Masks and other sales were $183 million, an increase of 16% over the prior-year quarter. The revenue in Europe, Asia and other markets, device sales were $156 million, a decrease of 4% over the prior-year quarter, but in constant currency terms, a 1% increase. Masks and other sales in Europe, Asia and other markets was $79 million, an increase of 6% over of the prior-year quarter or in constant currency terms, a 12% increase. Globally, in constant currency terms, device sales increased by 4% while masks and other sales increased by 15% over the prior-year quarter. Software-as-a-Service revenue for the fourth quarter was $85 million, an increase of 111% over the prior-year quarter.

During the rest of my commentary today, I will be referring in non-GAAP numbers. The non-GAAP measures adjust for the impact of amortization of acquired intangibles, a purchase accounting fair value adjustment to MatrixCare deferred revenue, restructuring expenses, litigation and settlement expenses, tax-related expenses associated with US tax reform and an impairment on our minority investment. The prior year comparable excludes amortization of acquired intangibles, restructuring expenses and expenses associated with US tax reform. And we’re pleased to know we provided a full reconciliation of the non-GAAP to GAAP numbers in our fourth quarter earnings press release.

Our gross margin for the June quarter was 59.3%, compared with 58.1% during the same quarter in the prior year and 59.2% in Q3 FY ’19. Compared to the prior year, our gross margin increased by 120 basis points, predominantly attributable to manufacturing and procurement efficiencies and the MatrixCare acquisition, partially offset by typical declines in average selling prices. Assuming current exchange rates and likely change in product and geographic mix, we expect gross margin for fiscal year 2020 to be broadly consistent with our Q4 FY ’19 gross margin.

Moving on to operating expenses, our SG&A expenses for the fourth quarter were $171.6 million, an increase of 9% over the prior-year quarter. In constant currency terms, SG&A expenses increased by 14%. Excluding acquisitions, SG&A expenses increased by 3% on a constant currency basis. SG&A expenses as a percentage of revenue improved to 24.3% compared to the 25.1% that we reported in the prior-year quarter. Looking forward, subject to currency movements and taking into account our recent acquisitions, we expect SG&A as a percentage of revenue to be in the range of 23% to 25% during fiscal year 2020. Consistent with trends in prior years, Q1 FY ’20 will be at the higher end of the range, while the second half of the year will trend toward the lower end of the range.

R&D expenses for the quarter were $51.1 million, an increase of 29% over the prior-year quarter or on a constant currency basis, an increase of 32%. Excluding acquisitions, R&D expenses increased by 6% reflecting incremental investments across our R&D portfolio. R&D expenses as a percentage of revenue was 7.3% compared to 6.4% in the prior year. Looking forward, subject to currency movements and taking into account our recent acquisitions, we expect R&D expenses as a percentage of revenue to be in the range of 7% to 8% for fiscal year 2020.

Amortization of acquired intangibles was $23.4 million for the quarter, an increase of 102% over the prior-year quarter, reflecting the impact from our recent acquisition. Stock-based compensation expense for the quarter was $14.2 million.

Non-GAAP operating profit for the quarter was $196.2 million, an increase of 18% over the prior-year quarter, while non-GAAP net income for the quarter was $137.6 million, an increase of 1% over the prior-year quarter.

Non-GAAP diluted earnings per share for the quarter were $0.95, consistent with the prior-year quarter, while GAAP diluted earnings per share for the quarter was $0.48.

On a GAAP basis, our effective tax rate for the June quarter was 28.2%, while on a non-GAAP basis, our effective tax rate for the quarter was 21.8%. Looking forward, we estimate our effective tax rate for fiscal year 2020 will be in the range of 21% to 23%.

During the quarter, we recognized restructuring expenses of $9.4 million predominantly associated with the workforce planning review in our respiratory care businesses, closure of an R&D facility in Germany and cost associated with ongoing integration program in the SaaS portfolio. Additionally, during the quarter, we recognized a writedown of $5 million associated with a minority equity investment.

Finally, in relation to the legal settlement, we have tentatively agreed with the government to simply resolve the US Department of Justice investigation for payment of $39.5 million. We expect it will also incur a legal and administrative cost that typically accompanies such a resolution. As a result, we recognized a reserve of $41.2 million in our fourth quarter results in connection with this tentative agreement. While we believe a voluntary resolution is likely, there can be no assurance as to whether or when the parties will finalize a negotiated settlement.

Cash flow from operations for the fourth quarter was $141.8 million, reflecting strong underlying earnings. Capital expenditure for the quarter was $22.2 million. Depreciation and amortization for the June quarter totaled $42.8 million. During the quarter, we paid dividends of $53.1 million. At joint venture with Verily continued operations during the quarter and we recorded equity losses of $6.5 million in our income statement in the June quarter associated with the joint venture. We expect to record approximately $7 million of equity losses each quarter in fiscal year 2020 associated with the joint venture operations.

Our Board of Directors today declared a quarterly dividend of $0.39 per share, representing an increase of 5% on our previously declared dividend.

At June 30, we have $1.3 billion in gross debt and $1.1 billion in net debt. Our balance sheet remains strong with modest debt levels. On July 10, we closed on the US private placement offering of $500 million in debt, consisting of $250 million in seven-year senior unsecured notes at a 3.24% coupon and $250 million in 10 years senior unsecured notes at a 3.45% coupon. Net proceeds from the offering were $498 million, which we used to reduce our current borrowings under the unsecured revolving credit facility.

The transaction significantly lengthens our debt maturity profile and provides improved visibility on our long-term debt funding costs. Finally, to recap, our top line revenue was strong this quarter with growth across all major categories. Gross margin was solid and our operating costs remained well controlled, even as we absorbed the impact of acquisitions. As a result, we’re continuing to drive operating leverage with Q4 non-GAAP operating profit up 18% year-on-year. We are focused on driving operating results, integrating our SaaS acquisitions and ensuring we continue to invest in our strategic long-term opportunities.

And with that, I’ll hand the call back to Amy.

Amy WakehamVice President of Investor Relations and Corporate Communications

Great, thank you, Brett. We will now go ahead and turn to the Q&A portion of the call. Before we start, I would like to remind everyone to please limit yourself to one question. If you do have additional questions or follow-up, please feel free to return to the call queue. Operator, Rob, we are now ready for the Q&A portion of the call.


Related Articles

Questions and Answers:

Operator

[Operator Instructions] And your first question comes from Lyanne Harrison of Bank of America Merrill Lynch. Please go devant. Encore une fois, Lyanne Harrison, allez-y, votre ligne est ouverte. P>

Lyanne Harrison strong> – Bank of America Merrill Lynch – Analyste em> p >

Bonjour, Mick, et bonjour, Brett. Merci beaucoup d’avoir pris ma question. C’est en relation avec l’activité SaaS. Pouvez-vous nous expliquer comment la croissance a été réalisée, qu’il s’agisse de nouveaux utilisateurs, de nouveaux modules, d’une augmentation des revenus par utilisateur? Et aussi, comment et quand pensez-vous que Brightree atteindra une croissance à deux chiffres? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> em> p>

Oui, Lyanne, merci pour la question. Et comme nous l’avons dit au cours du trimestre ou au cours des remarques préliminaires, nous avons enregistré une forte croissance du portefeuille SaaS, une croissance élevée à un chiffre de Brightree et une croissance à deux chiffres – faible de MatrixCare avec un mélange de les deux dans les très hauts chiffres simples. Votre question sur l’origine des revenus est une combinaison de ce qui précède. De nouveaux utilisateurs sont entrés dans le système, à la fois Brightree et MatrixCare. Il y a du désabonnement, mais nous avons de nouveaux utilisateurs nets qui entrent. Nous avons également lancé de nouveaux modules récents, y compris des applications directement pour les patients de Brightree, et nous avons également des augmentations de prix qui s’appliquent à certains éléments de ce portefeuille. C’est donc en quelque sorte une combinaison des trois facteurs qui ont permis cette forte croissance. Et comme nous l’avons dit, nous pensons que, tout en continuant notre intégration dans les différents environnements de soins de santé extra-hospitaliers, nous avons la possibilité d’augmenter la valeur que nous donnons aux clients et, partant, d’accroître le chiffre d’affaires pour une croissance durable à deux chiffres de ce portefeuille. p>

Donc, nous ne donnons pas de calendrier précis, mais maintenant qu’il est appelé dans nos 10-Q et 10-K, nous allons passer en revue des données très détaillées sur 90 jours. mais je peux vous dire que le comité de direction de Brightree et celui de MatrixCare ont récemment examiné le comité de direction et que nous disposons d’un très bon portefeuille de nouveaux services et solutions ainsi que de nouveaux secteurs d’activité, y compris la création d’entreprises de perfusion de Brightree dans les soins entéraux et les diabétiques et au-delà. Il reste donc un très bon portefeuille. P>

Lyanne Harrison strong> – Bank of America Merrill Lynch – Analyste em> p>

Merci p>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Merci Lyanne. p>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question provient de John Deakin Bell de Citi. Allez-y. P>

John Deakin-Bell strong> – Analyste Citi em> p>

Bonjour. Mick, pouvez-vous nous donner un peu plus de sens de votre point de vue sur la croissance du masque dans les services américains, si vous et votre principal concurrent l’avions eu au cours des 12 derniers mois. Il semble bien que cela s’est accéléré par rapport à la moyenne de l’économie au cours des cinq dernières années et, comme indiqué, a légèrement diminué, les volumes s’élevant peut-être à 15%. Pourriez-vous simplement nous donner un peu plus de recul par rapport à ce que vous voyez, est-ce que cela est motivé par le ReSupply? Quels sont les composants clés de cette croissance élevée du masque? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui, merci pour la question, John, qui nous permet de parler de ce que nous avons fait pour aider nos les clients sur les masques et l’adhésion, etc. Comme vous l’avez noté, la croissance du trimestre aux États-Unis, au Canada et en Amérique latine a été très forte, avec une monnaie constante de 16% dans cette zone géographique, mais je tiens à noter qu’elle était également de 12% à monnaie constante en Europe, en Asie et dans le reste du monde. monde. Et une sorte de chiffre global de 15% de croissance du taux de change constant dans l’ensemble des activités. Elle est principalement motivée par les gains de parts de marché. ceux forte forte croissance à deux chiffres là-bas. Nous disons que le marché est en croissance moyenne à élevée, ce qui signifie clairement que, avec une croissance de 15%, nous prenons des parts de marché. C’est donc un point. P>

Deuxièmement, nous visons une adhésion accrue. Alors que je parlais longuement des remarques préliminaires, sur la technologie de la santé numérique, nous obtenons un taux de conformité pouvant atteindre 87% chez les patients installés sur un appareil ResMed utilisant myAir et toutes les capacités de Air Solutions, soit 9 personnes sur 10. les personnes qui suivent une thérapie. Et ainsi, le nombre de patients qui adhéreront à la thérapie et qui auront donc besoin de masques s’enrichiront de plus en plus et perdront de la puissance au fil du temps augmentera considérablement. Donc, c’est une grande partie de celui-ci. Donc, c’est un gain de part. C’est l’adhérence que nous encourageons. P>

Et nous attirons également de nouveaux patients dans l’entonnoir, et nous réussissons mieux à identifier, engager et recruter des patients dans le monde entier, en ne publiant pas le données de prévalence que nous venons de faire, mais en utilisant le Big Data pour établir un partenariat avec les fournisseurs de soins de santé et les gouvernements et les payeurs à montrer. Il y a donc un retour sur investissement dans le diagnostic et le traitement de l’apnée du sommeil chez les patients, non seulement l’amélioration de la qualité de vie et de l’individu a changé sa vie et la réduction de l’incidence des maladies chroniques, mais aussi directement la réduction des coûts de soins de santé pour les assurances publiques et privées ainsi. p>

C’est donc en quelque sorte une combinaison des trois; plus de personnes dans le pipeline, le pipeline se développant par l’adhésion et ResMed obtenant sa part de ce pipeline grâce à l’innovation du masque. p>

John Deakin-Bell strong> – Citi – – Analyste em> p>

Excellente couleur. Merci. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, John. P>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient de Saul Hadassin d’UBS. Allez-y. P>

Saul Hadassin strong> – UBS – Analyste em> p>

Merci. Bonjour, Mick. Bonjour, Brett. Mick, peut-être que je pourrais demander à ReSupply qui semble être un puissant moteur de la croissance aux États-Unis, les masques et les accessoires. Vous disiez que le programme de regroupement pilote allait et venait efficacement. Voyez-vous un risque quelconque du point de vue du payeur, du point de vue du remboursement, de la durabilité du financement de la croissance de ce produit? P>

Mick Farrell strong> – Président directeur général p>

L’élément clé de cette question est donc l’économie de la santé et la recherche sur les résultats, et l’acronyme est HEOR. En partenariat avec les systèmes de soins de santé, nous disposons de 4,5 milliards de nuits de données médicales sur les patients souffrant d’apnée du sommeil et de MPOC. Vous avez vu nos données avec [Indecipherable] en Californie, où nous avons publié les données d’adhésion de 87%. De toute évidence, nous ne partageons pas tous les partenariats qui ne sont pas publiés et ce que nous faisons. Nous avons parlé du travail le plus léger avec Walgreens et de la Cleveland Clinic sur certaines de nos applications de santé numériques. P>

En bout de ligne, si vous continuez à soigner des patients pour l’apnée du sommeil et que vous investissez quelques centaines de dollars par an et par patient sur les masques, vous économisez bien plus que cela en réduisant le nombre de visites aux salles d’urgence, les coûts supplémentaires pour les soins cardiovasculaires, le diabète et toutes les séquelles résultant d’une apnée obstructive du sommeil non traitée. Nous avons donc des décennies de données cliniques montrant cela. Nous disposons désormais de véritables données économiques que nous pouvons montrer à un client où ce client est auparavant fournisseur d’un système tel qu’Intermountain Health Geisinger avec le gouvernement finlandais et examiner les données de leur système avec leur personnel. Votre question était donc la suivante: est-ce que je considère le réapprovisionnement comme un risque? Non, je considère ReSupply comme une opportunité de montrer le retour sur investissement que paient les gens qui paient, il s’agit là d’une économie de coût – d’une économie nette-nette pour le patient tout au long de la vie de ce patient, avec ses propres données rétrospectives et prospectives. p>

Saul Hadassin strong> – UBS – Analyste em> p>

Merci. p>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Saul. P>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient de Steve Wheen de Evans & Partners. Allez-y, s’il vous plaît. P>

Analyste strong> p>

Bonjour, bonjour. Je me demandais simplement si vous pouviez revenir au chiffre du règlement et me rappeler quel était le problème; Je pense que cela est lié à la question du BIG. Et cela change-t-il – s’agit-il simplement d’une estimation à ce stade ou est-ce que cela est en train d’être finalisé? Et deuxièmement, cela change-t-il la façon dont vous dirigez votre activité ReSupply? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> em> p>

Steve, je vais poser cette question à Dave Pendarvis. p>

David Pendarvis strong> – Directeur administratif, Global General Counsel em>

Oui. Steve, la conduite qui a fait l’objet de l’enquête a été exposée dans nos questions-réponses au fil du temps. Si vous revenez en arrière, vous obtiendrez des détails, mais en gros, il y avait en quelque sorte quatre catégories différentes. La manière dont nous avons rendu nos programmes ReSupply disponibles à titre d’essai en était un élément. Il y avait des problèmes concernant les programmes de marketing, des problèmes de financement et des problèmes de mise à disposition de liens d’apnée. Ainsi, ces quatre questions seraient intégrées à cette résolution. C’est une résolution provisoire et nous sommes donc à l’aise pour prendre des réserves maintenant, car nous pensons qu’il est probable que la résolution sera finalisée, mais cela ne devrait se produire que si notre meilleure estimation serait maintenant à la fin de l’année civile que cela aura lieu. . Et nous sommes assez confiants des chiffres. Le chiffre de 39,5 millions de dollars mentionné par Brett constitue une estimation fiable du risque ultime des paiements au gouvernement. Pour le reste, les frais et dépenses sont un peu plus approximatifs ou il existe un niveau de confiance assez élevé pour que la réserve serve à couvrir toutes les dépenses qui y sont associées. P>

Il est important de noter que dans cette résolution, nous n’allons pas avoir à admettre des actes répréhensibles. En fait, nous pensons que nous nous traitons de manière appropriée, mais comme dans beaucoup de situations, vous résolvez les problèmes sur une base consensuelle afin de les régler et nous estimons que la meilleure solution pour nos clients, nos patients et pour nos actionnaires. Mais à l’avenir, nous ne prévoyons aucun changement significatif dans la manière dont nous menons nos activités. Nous allons continuer à rester concentrés sur ce que Mick disait, rendant les systèmes ReSupply disponibles pour les clients, afin qu’ils puissent obtenir – les patients peuvent obtenir des fournitures et des consommables adéquats à l’avenir. Nous continuerons de le faire, et dans les autres domaines, en apportant un soutien à nos clients et à nos patients. Nous ne prévoyons aucun changement significatif dans notre façon de faire des affaires. P>

Steve Wheen strong> – Evans & Partners – Analyste em> p>

Fantastique, merci. p>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Merci, Steve. p >

Opérateur strong> p>

Votre question suivante vient de Margaret Kaczor de William Blair. Allez-y. P>

Margaret Kaczor strong> – William Blair – Analyste em> p>

Hé. Bon après-midi, chers amis, et merci d’avoir répondu aux questions. Mick, dans le commentaire préliminaire, je pense que vous avez fait référence à votre objectif de croissance du volume à deux chiffres au cours des prochaines années. Je voulais donc peut-être approfondir un peu cette question et, en ce qui concerne les facteurs de cette croissance, le sommeil, la MPOC et le SaaS. Et si vous planifiez un rythme de lancement de produit similaire, c’est peut-être ce que nous avons vu et quand la loi des grands nombres, qu’il s’agisse de soins de santé, d’informatique ou de ReSupply, commence-t-elle à vous concerner? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui, merci pour la question, Margaret. Comme vous le savez, j’ai déjà parlé de cela dans les remarques préparatoires, à savoir que le chiffre d’affaires de 2,6 milliards de dollars de notre entreprise est enthousiasmant, mais tout aussi excitant, probablement plus excitant pour les gens qui travaillent ici, ce sont les 100 millions de vies que nous avons vécues. touché; 15 millions de produits et plus de 90 millions de produits et services dans le secteur SaaS. Notre objectif est donc de faire croître ce portefeuille combiné à deux chiffres en volume d’ici 2025 et de battre 250 millions de vies améliorées en 2025. Il s’agit donc d’une sorte de plan de croissance quinquennal. P>

Nous ne divisons pas – je veux dire, nous avons évidemment à l’intérieur – nous n’avons pas expliqué publiquement comment les différents éléments de l’apnée du sommeil, des soins respiratoires principalement par le biais de la MPOC, mais aussi de l’asthme maintenant par Propeller et ensuite par les autres -hospital logiciel et comment chacun de ces éléments va se développer. Ce que je peux dire, c’est que ce type de marché central de l’apnée du sommeil est en croissance, avec des chiffres moyens à élevés. Comme vous l’avez vu ce trimestre et le trimestre dernier, nous n’acceptons pas seulement la croissance du marché, nous la conduisons en obtenant des parts de marché et en incitant de nouveaux patients à s’engager dans l’entonnoir afin d’améliorer fondamentalement la croissance du marché de base de l’apnée du sommeil. P>

En soins respiratoires, nous y révolutionnons tout l’espace avec l’acquisition de Propeller. Il ne faudra que l’un des trois à cinq essais pilotes de produits pharmaceutiques non publics que nous allons concrétiser pour que la croissance de cette entreprise s’améliore de manière très significative par rapport à son rythme actuel, et nous parions que cela se produise. Nous avons là-bas un ensemble de partenariats très intéressants avec de grandes sociétés pharmaceutiques dont nous ne pouvons parler qu’au moment opportun. P>

Ensuite, le troisième volet de notre activité, la combinaison des activités de Brightree et de MatrixCare Cela dit, nous avons clairement une voie à suivre pour faire passer ceux-ci d’une croissance à un chiffre à un chiffre à un chiffre et le maintenir au fil du temps. Je veux dire, les gens veulent être soignés en dehors de l’hôpital et nous avons les meilleurs logiciels pour le faire. Il y aura donc des tendances séculaires qui déplaceront les gens de l’hôpital vers les centres de soins palliatifs, les centres de soins à domicile, les centres de soins infirmiers spécialisés, les communautés en projet de vie, etc. Nous allons donc croître dans chacun de ces portefeuilles et il y aura beaucoup de facteurs différents au cours des cinq prochaines années, mais nous sommes convaincus que nous obtiendrons une croissance en volume à deux chiffres de ce portefeuille. P >

Margaret Kaczor strong> – William Blair – Analyste em> p>

Bien, merci. p>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Margaret. p>

Opérateur strong> p>

Votre La prochaine question vient de Gretel Janu du Credit Suisse. Allez-y. P>

Gretel Janu strong> – Analyste du Credit Suisse em> p>

Merci, bonjour. En ce qui concerne les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux, vous continuez à réduire ce ratio. Vous vous demandez simplement où vous allez aller, combien de temps pouvez-vous continuer à le réduire et où vont les gains? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui. Merci Gretel. Je le remettrai à Rob Douglas, notre directeur des opérations. P>

Robert Douglas strong> – Président, directeur de l’exploitation em> p>

Merci Gretel Ce qui est vraiment bien dans notre secteur de croissance en volume, nous ne parlons que de la croissance en volume, c’est qu’il n’est pas si difficile de faire appel à l’ingénierie dans les systèmes et les processus si vous êtes vraiment concentré et continuez. De toute évidence, nos processus de vente et tous nos types de systèmes dans notre façon de travailler nécessitent un investissement continu et vous ne pouvez pas promettre que vous obtiendrez un effet de levier pour toujours. Cependant, même si la croissance des volumes est forte, nous continuerons d’être efficaces et de le favoriser. De toute évidence, dans notre secteur des produits biologiques, vous avez eu un très bon effet de levier et, au fur et à mesure que nous introduisions de nouvelles entreprises qui n’avaient peut-être pas eu ce genre de réflexion sur l’effet de levier, , mais ils restent alors d’énormes possibilités de créer un effet de levier avec certaines des réflexions sur la gestion des processus et les programmes d’amélioration continue que nous avons. Nous avons donc – nous avons encore beaucoup de marge de manœuvre pour continuer à exercer cette influence. P>

Gretel Janu strong> – Analyste du Credit Suisse em>

Thanks.

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Gretel. p >

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient de David Bailey de Macquarie. Votre ligne est ouverte. P>

David Bailey strong> – Macquarie – Analyste em> p>

Oui, bon matin. Mick, juste un pour moi. Je me demandais si vous pouviez peut-être nous donner une idée de la contribution des ventilateurs non invasifs au chiffre d’affaires des périphériques du groupe p>

Mick Farrell strong> – Président directeur général p>

Ouais. Merci David. Nous ne divisons pas les choses en détail. Ce que je peux dire, c’est que d’une manière générale, si vous examinez la croissance des soins respiratoires dans la ventilation par rapport aux soins de l’apnée du sommeil dans la croissance de l’appareil, elle est un peu plus basse dans les soins respiratoires, en tant que sorte de taux de croissance séculaire, d’accord. Et donc, vous savez, encore une fois, nous n’acceptons pas cela et disons: cela signifie que nos ventilateurs non invasifs vont croître plus lentement que nos appareils de sommeil. Mais c’est quelque chose qui est généralement là à partir de la tendance séculaire. En fait, ce dernier trimestre et avant cela, David, nos ventilateurs ont enregistré une très forte croissance. Nous avons mis à jour le logiciel et ce n’était pas un logiciel cloud. Il s’agissait d’un logiciel intégré au ventilateur Astral qui a été très bien accueilli par les clients européens et américains. Nous avons donc constaté des gains de parts de marché assez importants, à l’origine de la bonne croissance des appareils en Europe et aux États-Unis, du côté des ventilateurs. P>

Mais nous ne l’avons pas encore séparé. J’attends avec impatience le moment où Propeller a tellement de succès dans le domaine de la santé numérique que nous devons diviser notre division des soins respiratoires de la même manière que nous le faisons en SaaS. À ce stade, je pourrai vous en donner beaucoup pour la couleur dans la partie ventilation de l’entreprise. Mais je peux dire que la croissance a été bonne ce trimestre et que nous pensons que la mise à niveau logicielle a plus de poids et qu’elle a encore plus de croissance à venir. P>

David Bailey strong> – Macquarie – Analyste em> p>

Merci beaucoup. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, David. p>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient d’Anthony Petrone de Jefferies. Allez-y. P>

Anthony Petrone strong> – Jefferies – Analyste em> p>

Oui, merci. Bonjour et bonjour. Alors peut-être juste une question sur – je vais m’en tenir à une question sur la France et le Japon. Vous avez mentionné qu’il n’y avait pas d’appareils connectés là-bas. La mise à niveau semblait être terminée. La France et le Japon s’attendent-ils à une normalisation une fois ces mises à niveau terminées et, dans l’affirmative, dans quelle mesure pensez-vous que les avantages peuvent être aussi néfastes que ceux de ces deux pays qui se normalisent du côté des appareils? Merci. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui. Merci pour la question, Anthony. Cela me permet de parler de la mise à niveau de la santé numérique en France et au Japon, qui était incroyable de voir le droit auquel deux pays ont évolué dans la santé numérique. Comme vous l’avez dit, nous allons commencer à normaliser, dans la mesure du possible, les comparables de ce chiffre, en prévision de la croissance du marché observée dans notre rétroviseur. Ecoutez, ce que je dirais, c’est que d’ici la fin de cet exercice, nous normaliserons la France et le Japon et que cela va vraiment influencer tout le portefeuille de l’Europe, de l’Asie et du reste du monde sur lequel nous faisons rapport. Nous allons commencer à voir tout ce groupe se normaliser à la croissance du marché. Nous espérons que nous lancerons de plus en plus de solutions de santé numériques dans des pays autres que la France et le Japon qui parleront de la courbe en S de l’innovation en matière de santé numérique en Finlande, en Suisse et en Allemagne. Je n’ai pas d’annonce sur les autres pays à part ces deux pays, mais je suis impatient de parcourir les subtilités des 120 autres pays dans lesquels nous faisons affaire, car ils adoptent la santé numérique de la même manière que la France et le Japon. En bref, votre réponse à votre question est la suivante: d’ici la fin de cet exercice, avant la fin de cet exercice, nous nous attendons à ce que la croissance de l’appareil américain se normalise. P>

Anthony Petrone – Jefferies – Analyste em> p>

Merci. p>

Mick Farrell strong> – Président directeur général p>

Merci Anthony. p>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient de Chris Cooper de Goldman Sachs. Allez-y. P>

Chris Cooper strong> – Goldman Sachs – Analyste em> p>

Bonjour, merci d’avoir répondu à ma question. Juste sur l’expansion de Brightree dans d’autres zones en dehors de OSA. Puis-je simplement demander la raison des trois domaines que vous avez choisis? Et aussi, pouvez-vous simplement confirmer que vous allez continuer à le déployer dans d’autres domaines de la santé et, dans l’affirmative, sur quelle période de temps, s’il vous plaît? Merci. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui. Merci pour la question, Chris. Brightree offre aux entreprises de matériel médical à domicile une incroyable capacité de planification des ressources et des systèmes d’entreprise basée sur le cloud. Depuis leur acquisition il y a plus de trois ans, les entreprises ont toujours été en mesure de fournir un service allant au-delà de l’apnée du sommeil et de la MPOC. Nous avons soigné des patients atteints d’incontinence, de diabétiques et entériques à différents niveaux. Ce que nous avons vraiment décidé de faire, c’est d’apporter les capacités de ReSupply que nous avions d’abord appliquées au secteur ResMed, qui cache des masques à ces autres secteurs d’activité. Par conséquent, Brightree n’accroît pas vraiment l’impact sur ses clients, mais plutôt sur les services que nous proposons. P>

Maintenant, avec l’infusion – la croissance du secteur de l’infusion qui attire certains acteurs dans HME, qui possède cette infusion dans son activité, en fait quelque chose pour Brightree, mais je la considère plutôt comme une adjacence. Si vous y réfléchissez, Brightree se concentre principalement sur les fournisseurs de matériel médical à domicile. Tout ce qu’ils font peut être numérisé et mis en nuage. C’est l’objectif de Brightree: c’était avant que nous les ayons acquis et c’est après que nous les avons acquis . Et je suis simplement heureux de constater que nous n’avons pas mis uniquement l’accent sur l’apnée du sommeil et la croissance de la MPOC pour les fournisseurs d’hME, nous avons en réalité une vision globale de leur activité et que ces nouveaux lancements permettront à Brightree de se développer; c’est une partie très rentable de l’entreprise, mais aussi de mieux servir ces clients et de leur apporter plus d’efficacité, ce qui contribuera à la santé de cette distribution d’équipements médicaux à domicile aux États-Unis et aidera réellement nos partenaires à se développer et à bien se rentabiliser des revenus pour ResMed également. Je constate donc une très bonne proximité et une bonne partie de notre croissance continue. P>

Chris Cooper strong> – Goldman Sachs – Analyste em>

Et c’est la stratégie que vous allez continuer à faire avancer? p>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em>

Oui, absolument, Chris. Nous chercherons à continuer à trouver des opportunités pour les fournisseurs de matériel médical à domicile d’améliorer leur efficacité. Donc, si les parties de l’entreprise qui sont analogiques, sont basées sur la télécopie; Je veux dire, vous ne croyez pas que certaines des opportunités d’innovation sont relativement simples. Et nous avons des solutions, par exemple, notre solution [indéchiffrable] pour numériser tout cet espace et aider les médecins et les prestataires de soins à domicile à s’intégrer plus facilement. Il nous faut vraiment trouver les solutions et inciter les clients à adopter ces nouveaux modules, mais comme je l’ai dit plus tôt, je pense que nous constatons une bonne adoption des modules et que nous avons une bonne voie pour continuer. p>

Chris Cooper strong> – Goldman Sachs – Analyste em> p>

Je l’ai. Merci beaucoup. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Chris. P>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient de Joanne Wuensch de BMO. Allez-y. P>

Matt Hendrickson strong> – Analyste de BMO Marchés des capitaux em> p>

Oui, salut, voici Matt Hendrickson. pour Joanne. Ma question concerne le partenariat ou l’accord avec Walgreens. Pourriez-vous donner un peu plus de détails sur le nombre de patients que vous êtes maintenant prêts à utiliser Propeller et ensuite sur l’importance de ces partenariats de pharmacie pour la stratégie globale de Propeller p>

Mick Farrell strong > – Directeur général em> p>

Alors, merci pour la question, Matt. Vous savez, comme je l’ai dit dans les remarques préliminaires, le partenariat avec Propeller et Walgreens est un essai pilote, comme tous les essais de Propeller en sont à cette étape. C’est passionnant car c’est un nouvel endroit à la pharmacie pour que Propeller puisse acquérir de nouveaux clients sur la plate-forme de santé numérique que nous avons pour la MPOC et l’asthme. Le nombre de pharmacies et le nombre de pharmacies sur cette plate-forme ne sont donc pas publics, mais généralement, avec les données de Propeller, lorsque nous arrivons à la fin du projet pilote, nous sommes en mesure de publier ces données pour les intégrer au processus d’examen par les pairs. à ce stade, je pourrai parler très libéralement de ces données. Mais je ne veux pas mettre en péril la production ou la publication de ces données. P>

Mais ce que je peux dire, c’est que si vous regardez les données que nous avions avec d’autres partenariats avec la Cleveland Clinic Ne parlez pas spécifiquement à, réduction de 35% du nombre de visites à la clinique ou vous savez, réduction à deux chiffres des visites aux urgences. Ce sont en fonction de la taille de l’entreprise. Si vous êtes un grand système hospitalier ou un grand acteur, vous pouvez économiser des dizaines de millions, voire des centaines de millions de dollars, dans toute l’entreprise évolutive. Et c’est donc le début des données pilotes. Je ne veux pas trop parler des chiffres jusqu’à ce que nous commencions vraiment à les faire évoluer, mais je pense qu’il est important de noter où nous voulons aller avec la santé numérique, la MPOC et l’expérience de Walgreens. Je pensais que cela valait la peine d’être partagé, car il s’agit d’un nouveau lieu de recherche de ces patients, qui va au-delà du type de médecin traditionnel. nous parlons maintenant d’une clinique de pharmacie. p>

Matt Hendrickson strong> – Analyste de BMO Marchés des capitaux em> p>

Merci.

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Merci pour votre question, Matt. p>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient d’Andrew Goodsall de MST Marquee. Allez-y. P>

Andrew Goodsall strong> – Marquee MST – Analyste em> p>

Merci beaucoup d’avoir répondu à ma question. Juste sur appel d’offres concurrentiel, évidemment, les offres sont maintenant ouvertes pour ’21. J’essaie juste de comprendre si vous commencez à y penser et à vous [indéchiffrable] pour quel genre de processus de pensée vous pourriez avoir à y aller. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui. Merci pour la question, Andrew. Nous avons une équipe très sophistiquée d’accès au marché qui se penche sur la question. Dave, souhaitez-vous résumer votre position sur UCD? P>

David Pendarvis strong> – Directeur administratif, Global General Counsel em>

Bien sûr. Ainsi, même si les fenêtres des offres s’ouvrent, elles resteront ouvertes pendant 90 jours. Ainsi, l’essentiel de ce que notre équipe fait actuellement, c’est continuer à travailler avec d’autres acteurs de l’industrie pour éduquer l’industrie afin qu’elle comprenne les nouvelles règles en matière d’enchères et comment comprendre, comment réfléchir, comment modéliser l’impact de Définissez les prix des articles sur votre portefeuille global de produits et assurez-vous que nos clients sont dans la meilleure position possible pour pouvoir aller de l’avant et proposer des offres appropriées. p>

C’est donc vraiment le premier, le deuxième et troisième priorités aujourd’hui et qui se poursuivra. Nous avons constaté une augmentation du nombre de personnes qui ont visité les sites Web, un certain nombre de personnes assistant à des séminaires alors que nous sommes entrés dans la période d’ouverture de la fenêtre de candidature. C’est donc la principale chose que nous faisons. Au-delà de cela, nous essayons évidemment de nous assurer que nos clients, qui soumettent les offres, sont en mesure de faire de leur mieux et de faire les meilleures estimations possibles pour leur avenir. Nous essayons donc de soutenir l’ensemble du processus, mais nous sommes vraiment secondaires. Nous devons donc jouer principalement un rôle de soutien. P>

Andrew Marchand strong> – MST Marquee – Analyste em> p>

Merci. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Andrew. P>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient de David Low de JP Morgan. Allez-y. P>

David Low strong> – JP Morgan – Analyste em> p>

Merci beaucoup. Peut-être une question pour Brett. Les frais de restructuration, nous avons donc vu la restructuration arriver pour la deuxième année à ramer. Vous vous demandez comment vous pensez de la restructuration. Faudra-t-il que cela se produira de façon continue et comment ferez-vous la distinction entre les frais de restructuration et les frais généraux de SG & A et de R & D? P>

Brett Sandercock strong> – Directeur financier em> p>

Oui. Merci, Dave Je veux dire, dans toutes les affaires, je pense que de temps en temps, il est inévitable qu’une restructuration soit en cours, mais je dirais que ce sera une chose de routine et qu’il se produira forcément tout le temps. . Celles-ci, je suppose, nous distinguons tout ce qui est un type de programme plus important est quelque chose que nous sommes en train de changer structurellement. Donc, les éléments que nous examinons dans les soins respiratoires, nous avons vraiment comment regarder stratégiquement la planification de la main-d’œuvre et regardé quelles sont les capacités dont nous avons besoin, en particulier si nous nous concentrons davantage sur la santé numérique, et vous m’avez entendu parler de Propeller sur ce que nous faisons là-bas. Nous nous assurons donc réellement de disposer de ces capacités. Donc, pour ce faire, nous devons vraiment examiner la planification de la main-d’œuv d ensuite et stratégiquement, si vous voulez, téléphonez et nous l’avons fait ce trimestre en soins respiratoires. Les autres éléments du centre allemand de R & D, qui est un petit système hérité que nous avons essentiellement fermé sélectivement, ont fait du bon travail là-bas, mais nous avons – c’est un peu une sous-échelle – nous avons – comme vous le savez , nous avons les principaux hubs, Sydney, Singapour et les États-Unis. Nous avons donc vraiment pensé que nous pourrions le faire plus efficacement dans les grands centres. C’est quelque chose de plus permanent, si vous voulez. P>

Et ensuite, le SaaS – le troisième élément de la restructuration du SaaS est réellement lié aux activités d’intégration, en particulier dans le segment des soins à domicile et des soins palliatifs. , où nous intégrons vraiment fortement ce portefeuille. Donc, encore une fois, c’est quelque chose que nous faisons en SaaS. Je pense que cela arrivait de temps en temps, lorsque nous nous alignions vraiment autour de la HME, de la santé à domicile et du centre de soins palliatifs, puis de MatrixCare avec certains segments, tels que les centres de soins infirmiers spécialisés. Cela permet donc encore une fois de faire en sorte que ce portefeuille fonctionne de manière aussi efficace que possible du point de vue de la croissance des revenus et également de toute évidence du point de vue des coûts. Donc, je pense que de temps en temps, c’est inévitable, mais je ne pense pas que ce ne sera pas nécessairement une routine. Nous ne les aurons pas tous les trimestres, par exemple. P>

David Low strong> – JP Morgan – Analyste em> p>

Bien, merci beaucoup. P>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Merci, David. P>

Opérateur strong> p>

Votre dernière question vient de Sean Laaman de Morgan Stanley. Allez-y. P>

Sean Laaman strong> – Morgan Stanley – Analyste em> p>

Bonjour, Mick. Mick Je me demandais si je pouvais répondre à un commentaire à droite des utilisateurs de Brightree rachetant les utilisateurs de Brightree au cours du trimestre. Était-ce un problème? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci pour la question, Sean. Regardez, dans le réseau américain d’équipement médical, il y a beaucoup, beaucoup de milliers de fournisseurs et Brightree a une part très forte à deux chiffres de ces milliers de fournisseurs, et il y a eu à ce moment-là que nous continuerons à effectuer des fusions et acquisitions et ainsi, oui, au cours du trimestre, il y a eu des fusions et acquisitions. Je suis sûr que je ne peux pas penser à un exemple particulier dans ma tête, mais je suis sûr qu’il y avait des exemples de Brightree; comptes qui utilisent les services Brightree acquérant d’autres comptes, qui utilisent les services Brightree. Comme vous le savez, nous facturons généralement cette activité sur une méthodologie par utilisateur et par période. Ainsi, en général, si deux comptes sont combinés, le revenu peut être neutre. Maintenant, cela peut être efficace ou il aurait pu être une de ces entreprises utilisant plus de modules ou moins de modules et ainsi de nombreux facteurs pourraient augmenter ou diminuer les revenus du compte au cours de ce processus, mais c’est quelque chose qui existe, c’est une partie de l’entreprise. Je dirais que cela a moins d’impact sur des choses telles que le désabonnement, où il n’y a que des personnes – de nouvelles personnes qui s’installent et d’autres qui optent pour d’autres solutions ou qui désactivent certaines des solutions automatisées, mais cela fait partie de l’entreprise et nous avons Au cours des trois années précédentes, nous avons géré Brightree et l’entité ainsi que l’équipe y ont géré les 10 dernières années de leur activité. Cela fait donc partie de l’équation, mais ce n’est pas quelque chose de nouveau et ce n’est pas quelque chose que nous sommes incapables de gérer. Et je pense que vous avez constaté au cours du trimestre une forte croissance à un chiffre que nous avons réussi à bien faire et nous pensons que nous pouvons même faire mieux. P>

Sean Laaman strong > – Morgan Stanley – Analyste em> p>

Très bien, merci Mick. p>

Mick Farrell strong> – Chef de la direction em> p>

Merci pour votre question, Sean. P>

Opérateur strong> p>

Nous en sommes maintenant à celui -heure de marque. Je vais donc redonner la parole à Mick Farrell. P>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Merci Rob . Et avant de clore l’appel, je tiens à remercier notre équipe de 7 500 personnes dédiées, ici chez ResMed, pour leur dévouement, leur concentration et leur engagement continus dans notre stratégie de croissance et toutes les initiatives d’excellence opérationnelle. Vous êtes au cœur de nos activités et vos efforts nous ont permis d’obtenir ces excellents résultats que nous venons de partager avec nos actionnaires. Notre équipe se concentre sur notre pipeline futur et sur tous les produits et solutions logicielles dont nous avons besoin pour améliorer les résultats et les avantages pour tous nos intervenants, y compris les patients, y compris les médecins, les payeurs, les fournisseurs, les gouvernements et, bien sûr, nos actionnaires. . Merci à tous pour le temps que vous nous accordez et nous avons hâte de vous revoir à la fin du premier trimestre de l’exercice 2020. p>

Amy Wakeham strong> – Vice-présidente de Relations avec les investisseurs et communications d’entreprise em> p>

Excellent. Je vous remercie à nouveau d’être venus aujourd’hui. Si vous avez d’autres questions, vous pouvez toujours contacter le service des relations avec les investisseurs ou me contacter directement. Comme mentionné précédemment, tous les documents et la transcription seront disponibles sur notre site Web plus tard aujourd’hui. Opérateur, Rob, vous pouvez maintenant mettre fin à l’appel. P>

Opérateur strong> p>

[Remarques de clôture pour l’opérateur] p>

Durée: 65 minutes strong> p>

Appelez les participants: h2>

Amy Wakeham strong> – Vice-président en charge des relations avec les investisseurs et des communications d’entreprise em>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Brett Sandercock strong> – Directeur financier Dirigeant em> p>

David Pendarvis strong> – Directeur administratif, Global General Counsel em> p>

Robert Douglas – Président, Chief Operating Officer em> p>

Lyanne Harrison strong> – Bank of America Merrill Lynch – Analyste em> p>

John Deakin-Bell strong> – Citi – Analyste em> p>

Saul Hadassin strong> – UBS – Analyste em> p>

Analyste strong> p>

Steve Wheen strong> – Evans & Partners – – Analyste em> p>

Margaret Kaczor strong> – William Blair – Analyste em> p>

Gretel Janu strong> – Analyste du Credit Suisse em> p>

David Bailey strong> – Macquarie – analyste em> p>

Anthony Petrone strong> – Jefferies – analyste em> p>

Chris Cooper strong> – Goldman Sachs – Analyste em> p>

Matt Hendrickson strong> – BMO Marchés des capitaux – Analyste em> p>

Andrew Goodsall strong> – Marque MST – Analyste em> p>

David Low strong> –