Resmed Inc (RMD) Compte rendu des résultats du premier semestre 2020

Resmed Inc (RMD) Compte rendu des résultats du premier semestre 2020

novembre 11, 2019 0 Par admin

Translating…

Motley Fool Transcribers

Logo of jester cap with thought bubble.

Image source: The Motley Fool.

Resmed Inc (NYSE:RMD)
Q1 2020 Earnings Call
Oct 24, 2019, 4:30 p.m. ET

Contents:

  • Prepared Remarks
  • Questions and Answers
  • Call Participants

Prepared Remarks:

Operator

Welcome to the Q1 Fiscal Year 2020 ResMed Inc. Earnings Conference Call. My name is Chris and I will be your operator for today’s call. [Operator Instructions] Later, we will conduct a question-and-answer session.[Operator Instructions]

I will now turn the call over to Amy Wakeham, Vice President, Investor Relations and Corporate Communications. Amy, you may begin.

Amy WakehamVice President of Investor Relations and Corporate Communications

Great. Thank you, Chris. Good afternoon, and good morning everyone. Thanks for joining us and welcome to ResMed’s first quarter fiscal year 2020 earnings call. This call is being webcast live and the replay along with a copy of the earnings press release and our updated investor presentation will be available on the Investor Relations section of our corporate website later today.

Joining me on the call today to discuss our quarterly results are CEO, Mick Farrell and CFO, Brett Sandercock. Other members of management will be available during the Q&A portion of the call. During our call, we will discuss several non-GAAP measures. For a reconciliation of the non-GAAP measures, please review the notes to today’s earnings release.

As a reminder, our discussion today may include forward-looking statements, including but not limited to expectations about our future performance. We believe these statements are based on reasonable assumptions, however, our actual results may differ. You are encouraged to review our SEC filings for a discussion of the risk factors that could cause our actual results to differ materially from any forward-looking statements made today.

With that, I’d now like to turn the call over to Mick.

Mick FarrellChief Executive Officer

Thanks, Amy, and thank you to all of our shareholders for joining us today as we review the results for ResMed’s first quarter of fiscal year 2020. On today’s call, I will discuss our long-term strategy. I’ll then review top level financial results, some business highlights from the quarter and a few key milestones. Then I’ll hand the call over to Brett, who will walk you through our financials in further detail.

We have started fiscal year 2020 right where we left off with 2019. Our team achieved another quarter of balanced growth across the portfolio, driven by continued strong performance in the mask category. We are taking share with recent new product introductions and our solutions are enabling increased therapy adherence as well as expansion of resupply programs to those who need it.

Our dedicated team of more than 7,500 ResMedians around the world have again delivered strong results. As the world’s leading software-driven medical device company, we continue to use technology to advance our leadership position. We have sold more than 10 million, 100% cloud-connectable medical devices into the market and our AirView cloud-based ecosystem manages more than 11 million patient accounts.

In the last 12 months, we changed over 15 million lives by providing a person with a ResMed device or a complete mask system to help them breathe better and live better lives. In addition, our Brightree and MatrixCare branded out of hospital software systems are helping to manage 93 million more people. So during the last 12 months, we improved more than 108 million lives with ResMed products, services and software solutions. We are well on our way to the ambitious goal to improve 250 million lives in 2025.

Our connected solutions are providing us with valuable access to de-identify therapy data that we are using to derive actionable insights to benefit patients, physicians and providers as well as to inform future innovation and products and software. These data sets are growing exponentially and we now have 5 billion nights of medical sleep and respiratory care data in the cloud. Our relentless focus on product and software innovation continues to set us apart from our competition.

We remain laser-focused on growth in our core market of sleep apnea as well as in our adjacent respiratory medical markets of chronic obstructive pulmonary disease as well as asthma. Our expanded focus to now grow outside the hospital software solutions allows us to help customers create efficiencies to take cost out of the healthcare system and to improve the quality of care across home medical equipment, home health, hospice, skilled nursing facilities, life plan communities and beyond. We believe the future of healthcare is outside the hospital. That’s where ResMed’s competes today, that’s where we are winning today and that’s where we will continue to win in the future as we provide market-leading value to customers.

Let’s now briefly review our top level financial results for the quarter. We achieved another quarter of double-digit revenue growth, up 17% in constant currency across the portfolio. This growth was well balanced across domestic U.S. and global product sales as well as balanced across our Software-as-a-Service businesses. We continued to deliver operating leverage in the quarter, leading to a non-GAAP operating profit growth of 22% year-over-year and non-GAAP diluted earnings per share of $0.93.

Turning to a brief discussion of our sleep apnea and respiratory care businesses. In the devices category, we delivered a good quarter. We achieved year-over-year constant currency device growth of 6% globally supported by very strong 8% device growth in the United States, Canada and Latin America geographies.

We achieved 4% constant currency growth of devices in combined Europe, Asia and Rest of World. We achieved excellent device growth in the UK, Switzerland and across our Nordics countries. As discussed over the last few quarters, we experienced a continued headwind during the quarter for device growth in France as a result of digital health-related fleet upgrades. We expect that headwind to ease by the end of this fiscal year and then return to market device growth in France. It is great to see a steady flow of our digital health solutions into different European countries and to see positive constant currency device growth across the continent this quarter.

The growth in the masks and accessories category of our business was incredibly strong during the quarter. We were up 19% in constant currency globally. This was well ahead of market growth rates, indicating we gained significant market share during the quarter. The reason that we continue to take share around the world is that we make the smallest, the quietest and the most comfortable masks available in the market. Our flagship masks, the AirFit F20 and the AirFit N20 continue their growth across global markets. The success of these flagship masks was augmented during the quarter by good uptake of our recent mask launches.

To recap those launches, we have now launched four new masks during the last 12 months. The F30, the N30i and the P30i. And just this week, actually on Monday, our newest innovation was launched, the N30. We have the right mask for every patient, every time and the N30 adds innovative dimensions to this portfolio. The N30 is a world first tube-down nasal cradle CPAP mask, in a new product sub-category that we are calling the minimalist category. The N30 is our smallest, our lightest mask ever and our quietest nasal mask ever. I personally think this new N30 is another winner from our amazing research and development engineers. Watch this space as it gets into the hands of our market-leading marketing and sales teams.

Now mask portfolio overall is positioned to offer world-leading options for physicians to prescribe for home care providers to fit in the first time setup and most especially for the needs of the ultimate customer. The person who suffocates every night with sleep apnea. We remain focused on driving innovation to meet all underserved customer needs. The bottom line is that our new masks have a lot of runway ahead. Unfortunately, they don’t let me talk about ResMed’s future product pipeline, so I won’t.

Our success comes as healthcare providers, physicians and patients around the world continue to vote with their wallets and choose ResMed products, not just for the innovative design and high quality of our devices and masks, but also for the sustainable value proposition of the digital health solutions that we offer.

Our digital end-to-end solutions combined with available 100% cloud connectivity as well as information provided to patients on their own smartphones through apps like myAir and apps like Propeller are all leading to significant improvements in lowering cost, in improving health outcomes and improving quality of life of patients around the world. Through digital health technology we are driving patient engagement so that people can enjoy the benefits of the best therapy available.

In parallel, we are also ensuring that the cost of chronic disease can be better managed by physicians, healthcare providers, payers and governments. There’s still a long way to go. Our research that was just published by The Lancet Respiratory Medicine Journal in July shows that there are over 936 million sleep apnea sufferers worldwide, while only around 20 million or so are being treated today. We keep forging ahead, investing in our own research and development to drive further innovation and advancement as well as by working with partners.

On the partnership front, our joint venture with Verily is working on software solutions to help identify and engage and better manage more people with sleep apnea. It is very early days on in this JV, but our philosophy is that the more a person knows about how much they suffocate every night and the consequences of that suffocation on their own personal healthcare outcomes, the more likely they will seek solutions.

Over time, we know this partnership will drive incremental growth in our core sleep apnea business, while allowing ResMed to participate in a broader chronic disease management ecosystem, covering not just sleep apnea, but also cardiovascular disease, diabetes, COPD and beyond. These chronic disease management platforms will include clinical care as well as wellness improvements in nutrition, in cardiovascular exercise and in mental health.

Let’s now turn to our second vector of growth here at ResMed, our business in respiratory care. There are nearly 400 million people worldwide suffering from chronic obstructive pulmonary disease or COPD. We don’t believe they are well served by healthcare systems today. We see the opportunity to better manage COPD through the use of technology with digital end-to-end solutions that can help patients as they progress with this chronic disease including how patients are communicated to, how patients are encouraged in their medical care and how patients are looked after as individual person.

We’re advancing our respiratory care strategy in multiple ways. Earlier this summer, we introduced a number of enhancements to AirView, our cloud-based patient management platform. We are making management of ventilation patients much simpler and much more useful for home medical equipment providers. Physicians and HMEs can now dig into therapy data to see key performance indicators such as pulse rate, inspiratory time, maximum airflow and even a patient’s rapid shallow breathing index or our RSBI. All these data are now available within our digital healthcare ecosystem with the easy-to-use AirView platform. Our goal is to help create a frictionless experience when managing COPD patients with ResMed’s solutions.

Our team at Propeller also continues to grow their business as we move from pilot trials to commercial partnerships with leading respiratory pharmaceutical companies. The team was recently at the European Respiratory Society Annual Congress in Madrid. It was great to see Propeller represented at multiple pharma booths including live demonstrations of Propeller solutions for physicians. Propeller was also featured in several scientific presentations during ARS, including the public announcement of a new large COPD outcomes trial that’s sponsored by Novartis. The trial will compare Propeller plus COPD standard of care to COPD standard of care alone. The trial has already begun enrolling patients during this quarter.

As we outlined, when we acquired Propeller in January, the digital health opportunity with respiratory medicine adherence will take time to build into critical mass. This quarter, we passed a significant milestone with more than 100,000 people enrolled into the Propeller ecosystem. Let’s be clear, we are still in the early days of market development here. The analogy is that we are now just lacing our shoes for the digital health ultra marathon in both COPD and in asthma. So there’s lots of terrain ahead.

The evolution that we have made in our respiratory care business has set ResMed up to become the global leader in digital health for COPD. From Stage 1 and Stage 2 COPD with Propeller’s pharmaceutical adherence solutions to Stage 3 and Stage 4 COPD with portable oxygen concentrators as well as our cloud-connected non-invasive ventilation solutions.

Let’s now turn to our third vector of growth, our Software-as-a-Service business. We continue to integrate and optimize the SaaS portfolio for long-term growth. Our competitive advantage derives from our leadership position in SaaS solutions for home medical equipment, for skilled nursing facilities, for home, health, hospice, life plan communities and home care services. ResMed is the best strategic player competing in these verticals. And we have the expertise running global digital health systems at scale to be able to succeed in the future.

Our SaaS portfolio continues its growth trajectory this quarter with revenue up 83% year-on-year during the quarter. Clearly, growth in this first quarter was accelerated leveraging our MatrixCare acquisition in November of 2018. We will lap that acquisition during this current second quarter.

We estimate that the underlying market growth of the blended portfolio of seven out-of-hospital SaaS verticals that we serve is in the high single digits. Leaving out the MatrixCare acquisition, we grew right in line with the market in Q1. We have set up an execution plan to continue to innovate and to continue to launch market-leading upgrades combined with new capabilities that will allow us to gain market share in our SaaS verticals and participate in the fastest growing ones so that we can beat market growth. We plan to exit fiscal 2020 with solid double digit growth in our SaaS business segment.

One example of the progress that we’re making in our SaaS portfolio is the recent announcement of our collaboration with Cerner as a new preferred provider for home health and hospice software. This agreement validates ResMed as an industry-leading provider of digital health solutions for out-of-hospital healthcare.

Our Matrixcare managed offering for home health and hospice customers includes the best-of-breed capabilities from both the MatrixCare technology and from the Brightree technology. This agreement ensures our home health and hospice solution is available to all of Cerner’s large customer base. The net result is growth opportunities for both Cerner and MatrixCare sales teams. In fact at the recent Cerner Health Care Conference, a major healthcare system with a very large home health business was introduced to the ResMed solution and they are quickly moving toward a contract with our MatrixCare team. It is clearly early days as the ink dries on the Cerner contract, but the bottom line is, we are excited to drive growth from this partnership and to leverage interoperability to provide value for all of our customers.

In summary, for the SaaS business, we have the vision to transform and significantly improve out-of-hospital healthcare. We are helping people stay out of the hospital and in the care setting of their choice with lower costs and a higher quality of life for the person. The best place that people often choose is almost always their own home. Ageing in place is a trend that is growing not just in the U.S. but globally and we plan to enable and leverage that positive change. We think that’s an important part of the future of healthcare.

Before I turn the call over to Brett, Let me close with this. We have had a great start to the new fiscal year and we are well positioned to grow throughout fiscal year 2020 and beyond. We have positioned ResMed for the long-term as the global leader in digital health driving both top-line and bottom-line growth as well as executing on our strategy to improve 250 million lives in healthcare that’s delivered outside the hospital in 2025. We are focused on our triple aim to slow chronic disease progression, to reduce overall healthcare system costs and to improve outcomes and quality of life for the ultimate customer, the person who simply to sleep well, to breathe well and to live a better life well away from that hospital.

With that, I’ll turn the call over to Brett in Sydney for his remarks and then we’ll open up for Q&A. Brett, over to you in Sydney.

Brett SandercockChief Financial Officer

Great. Thanks, Mick. In my remarks today, I will provide an overview of our results for the first quarter of fiscal year 2020. As Mick noted, we had a strong quarter. Group revenue for the September quarter was $691 million, an increase of 16% over the prior year quarter. In constant currency terms, revenue increased by 17%. Excluding revenue from acquisitions, group revenue increased by 11% on a constant currency basis.

Taking a closer look at our geographic distribution and excluding revenue from our Software-as-a-Service business, our sales in U.S., Canada and Latin American countries were $317 million, an increase of 13% over the prior year quarter. Sales in Europe, Asia and other markets totaled $224 million, an increase of 4% over the prior year quarter. However, in constant currency terms, sales in combined Europe, Asia and other markets increased by 8% over the prior year quarter.

Breaking out revenue between product segments. U.S., Canada and Latin America device sales were $197 million, an increase of 8% over the prior year quarter. Masks and other sales were $193 million, an increase of 19% over the prior year quarter. The revenue in Europe, Asia and other markets device sales were $152 million, which is consistent with the prior year quarter, but in constant currency terms, a 4% increase. Masks and other sales in Europe, Asia and other markets was $72 million, an increase of 15% over the prior year quarter or in constant currency terms, a 19% increase. Globally, in constant currency terms, device sales increased by 6% while masks and other sales increased by 19% over the prior year quarter. Software-as-a-Service revenue for the first quarter was $87 million, an increase of 83% over the prior year quarter.

During the rest of my commentary today, I will be referring to non-GAAP numbers. The non-GAAP measures adjust the impact of amortization of acquired intangibles and the purchase accounting fair value adjustment to MatrixCare deferred revenue. The prior year comparable excludes amortization of acquired intangibles. We have provided a full reconciliation of the non-GAAP to GAAP numbers in our first quarter earnings press release.

Our gross margin for the September quarter was 59.5% compared to 58.3% in the same quarter last year and 59.3% in Q4 FY19. Compared to the prior year, our gross margin increased by 120 basis points. This was predominantly attributable to manufacturing and procurement efficiencies, the MatrixCare acquisition and favorable product mix.

Moving on to operating expenses. Our SG&A expenses for the first quarter were $167 million, an increase of 14% over the prior year quarter. In constant currency terms, SG&A expenses increased by 16%. Excluding acquisitions, SG&A expenses increased by 6% on a constant currency basis. SG&A expenses as a percentage of revenue improved to 24.6% compared to 25% that we reported in the prior year quarter. Looking forward subject to currency movements and taking into account recent acquisitions, we expect SG&A as a percentage of revenue to be in the range of 23% to 24% for the remaining three quarters of fiscal year 2020.

R&D expenses for the quarter were $48 million , an increase of 24% over the prior year quarter or on a constant currency basis, an increase of 27%. Excluding acquisitions, R&D expenses increased by 2% on a constant currency basis. R&D expenses as a percentage of revenue was 7.1% compared to 6.6% in the prior year. Looking forward, subject to currency movements, we expect R&D expenses as a percentage of revenue to be in the range of 7% to 8% for the balance of fiscal year 2020.

Amortization of acquired intangibles was $18.5 million for the quarter, an increase of 44% over the prior year quarter, reflecting the impact from our recent acquisitions. Stock-based compensation expense for the quarter was $13.3 million. Non-GAAP operating profit for the quarter was $191 million, an increase of 22% over the prior year quarter, while non-GAAP net income for the quarter was $135 million, an increase of 16% over the prior year quarter.

Non-GAAP diluted earnings per share for the quarter were $0.93, an increase of 15% over the prior year quarter, while GAAP diluted earnings per share for the quarter were $0.83. On a GAAP basis, our effective tax rate for the September quarter was 20.2%, while on a non-GAAP basis, our effective tax rate for the quarter was 20.6. Looking forward, we estimate our effective tax rate for the full fiscal year 2020 will be in the range of 19% to 21%.

Cash flow from operations for the first quarter was $162 million, reflecting robust underlying earnings. Capital expenditure for the quarter was $22.7 million. Depreciation and amortization for the September quarter totaled $38 million. And during the quarter, we paid dividends of $56.1 million.

We recorded equity losses of $6.8 million in our income statement in the September quarter as I said via Verily joint venture. We expect to record approximately $7 million of equity loss of each quarter in fiscal year 2020 associated with the joint venture operations. Our Board of Directors today declared a quarterly dividend of $0.39 per share. During the quarter, we repaid $49 million of our outstanding debt. At September 30, we had $1.2 billion in gross debt and $1 billion in net debt. Our balance sheet remained strong with modest debt levels.

Finally, to recap, our top-line revenue was strong this quarter with growth across all major categories. Gross margin expanded and our operating costs remained well controlled. As a result, we’re continuing to drive operating leverage with Q1 non-GAAP operating profit up 22% year-on-year. We are focused on driving operating results, integrating our SaaS acquisitions and ensuring we continue to invest in our strategic long-term opportunities.

And with that, I’ll hand the call back to Amy.

Amy WakehamVice President of Investor Relations and Corporate Communications

Great. Thanks. Brett. We will now going to turn the call over to the Q&A portion. I’d like to remind everyone to please limit yourself to one question. If you have additional questions, please do feel free to return to the call queue. Chris, we are now ready for the Q&A portion of the call.

Questions and Answers:

Operator

Thank you. We will now begin the question-and-answer session. [Operator Instructions] Our first question comes from Gretel Janu with Credit Suisse. Your line is open.

Gretel JanuCredit Suisse — Analyst

Thanks. Good morning. So just on the U.S. device growth continues to be very strong, just wondering what would be the growth in kind of new patient setups in the quarter, give us some detail on that?

Mick FarrellChief Executive Officer

Yeah. Thanks for the question, Gretel. So we don’t actually have full visibility even to the number. We sell to in the U.S. to home medical equipment companies that then sell to patients that are renewing in their five year renewal or to new patient. So we don’t have full visibility into that. But it is interesting with a reasonably sized patient pool in the United States. It would be a good double digit percentage or so of those that will be replenishment devices. But the 8% growth I think is really ahead of market, we think the market growth is in the sort of mid-single digits. And so, to be at 8% growth in the U.S. shows that we were taking some share due to the value of our air solutions, AirView and myAir and all the sort of digital health solutions that are there.

Gretel JanuCredit Suisse — Analyst

Thank you.

Mick FarrellChief Executive Officer

Thanks, Gretel.

Operator

Your next question is from Steve Wheen with Evans. Your line is open.

Steve WheenEvans & Partners — Analyst

Yeah. Hi guys. Just a question also on the devices. There seems to be certainly among the DME land a bit of a rush on COPD codes and the setting up of patients with ventilators. Just wondering if you’re seeing any benefit from that particularly among your Astral — your ventilator range in particular the Astral?

Mick FarrellChief Executive Officer

Steve, thanks for the question. We actually saw really solid growth in the core fleet business, sizable chunk of that 8% growth in the U.S. Astral tends to be more of a player of ventilation in general, tends to be more of a player in Europe. And so, some of that sort of 4% constant currency growth in Europe, Asia and Rest of World will have been driven by the Astral and some sort of a much smaller element of the 8% U.S. growth. But one thing that we’ve been really strong with our DME customers is to make sure that the right device goes on the right patient at the right time. And when you look at COPD, there were lots of solutions from our AirCurve S, our AirCurve ST as well as so non-invasive ventilation as well as even our Stellar product in non-invasive ventilation all the way through to our Astral product, which is really a life support ventilator and should be used in very severe COPD and in life support needs.

And so, yeah, it really wasn’t a huge contributor in the U.S. this quarter, probably slightly more significant in Europe, but it’s really good solid balanced growth if you like from our sleep apnea side with some additions from respiratory care is how I’d position it.

Steve WheenEvans & Partners — Analyst

Great. Thanks very much.

Mick FarrellChief Executive Officer

Thanks, Steve.

Operator

Your next question comes from Margaret Kaczor with William Blair. Your line is open.

Margaret KaczorWilliam Blair & Company — Analyst

Hey, good afternoon and good afternoon to most people. Good morning for others. Thanks for taking the question. Just kind of big picture, I know some people are going to focus on the device sleep apnea growth, but in all, you guys ended up delivering 11% top-line growth excluding acquisitions. I mean that’s above market in almost every category and even as you’re seeing a headwind in France. So I guess looking out whether it’s this year or the next couple of years, what prohibits you guys from continuing that double digit top-line growth rate and what could drive it higher or lower from today’s level? Thanks.

Mick FarrellChief Executive Officer

Thanks for the question, Margaret. Certainly, we did have a very good quarter here in Q1. And as you said, we grew sort of 11% constant currency globally in our sleep and respiratory care combined businesses. If you think about the global growth and we have enough data now to know that the growth really is in that mid-to-high single digits. So devices growing in the mid-single digits and masks growing in the high single digits.

Clearly, we did take s Lièvre en Q1 et beaucoup de cela est motivé par la technologie de santé numérique du côté du générateur de flux pour avoir une partie de la part prendre du côté du dispositif, puis les introductions de nouveaux produits que j’ai détaillé dans les remarques préparées, quatre nouveaux masques en plus à deux forts masques phares là-bas. Le NPi a donc été un contributeur incroyable pour nous. Si vous pensez que tout au long de l’année à venir, même au cours de ce trimestre où nous sommes actuellement au deuxième trimestre, nous allons effectuer l’un de ces quatre lancements de produits du côté des masques et nous continuerons de l’être au cours du trimestre.

Alors regardez, je suis toujours très enthousiasmé par notre innovation, la plus petite, la plus silencieuse, la plus confortable, la plus connectée et je pense que l’innovation est le moteur. Mais vous ne pouvez pas vous étendre à jamais sur le marché, vous devez alors vous concentrer sur un plus grand nombre de patients dans l’entonnoir, qui constitue notre identité, l’engagement et le recrutement de personnes. Je pense donc que ce fut un fantastique Q1, mais nous examinons Au cours de l’exercice, nous pensons pouvoir rencontrer ou dépasser la croissance du marché, mais vous ne pourrez pas la battre à chaque fois. p>

Margaret Kaczor strong> – William Blair & Company – Analyste em> p>

Excellent. Merci les gars. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Margaret. P>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question est de David Low à JP Morgan. Votre ligne est ouverte. P>

David Low strong> – J.P. Morgan – Analyste em> p>

Merci beaucoup. Mick, au cours de la période, votre concurrent Phillips a constaté qu’il y avait des problèmes avec son entreprise de soins connectés, il a parlé de tarifs, etc. Tout en vous demandant quel genre de marché aux États-Unis avez-vous constaté s’il y avait eu des perturbations, Certains des – que ResMed aurait pu être un bénéficiaire des problèmes sur lesquels ils travaillaient? p>

Mick Farrell strong> – Directeur général em>

Oui, je vais vous donner ça – bonne question, David. Je le remettrai à Rob Douglas, notre directeur des opérations. P>

Robert Douglas strong> – Président, directeur de l’exploitation em> p>

Bien sûr , David. De manière générale, en ce qui concerne les droits de douane, pour réitérer, comme nous l’avons déjà dit, la configuration de toute notre chaîne d’approvisionnement n’est pas vraiment affectée par les tarifs spécifiques. Nous exportons très peu en Chine des États-Unis et très peu de Chine aux États-Unis. Notre chaîne d’approvisionnement est davantage axée sur l’Asie du Sud-Est et nous avons une excellente équipe en Chine qui fabrique des produits locaux pour la Chine. Donc c’est assez solide. Nos solutions AirView D’un autre côté, principalement à propos, développées par des équipes du monde entier, mais une offre de produits solide continue de fournir une valeur supérieure à nos clients. Et nous pensons jour après jour que nous lutterons contre la concurrence avec ces produits et que nous pensons avoir une meilleure proposition à offrir. Donc, nous – de notre point de vue, nous n’avons vu aucun problème de concurrence particulier qui aurait en quelque sorte modifié la dynamique concurrentielle normale. Nous devons bien vendre et bien exécuter, ce que nos équipes ont fait. P>

David Low strong> – J.P. Morgan – Analyste em> p>

Excellent. Merci beaucoup, Rob. P>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Merci, David. P> Opérateur strong> p>

Notre prochaine question est posée par Andrew Goodsall avec MST Marquee. Votre ligne est ouverte. P>

Andrew Goodsall strong> – Marquee MST – Analyste em> p>

Merci beaucoup les gars. Je pense peut-être que les offres sont acceptées, alors la prochaine fois, nous aurons une idée du niveau de compensation des prix. Je me demande simplement si vous avez formulé des commentaires préliminaires dans le cadre de vos réflexions ou si vous prenez des mesures préliminaires pour vous préparer à un appel d’offres, et si cela implique des lancements de nouveaux produits ou quoi que ce soit. Vous savez que vous faites déjà des préparatifs ou des actions préparatoires? P>

Mick Farrell strong> – Le président-directeur général em> p>

Ouais. Merci pour la question, Andrew. Je remets ce David Pendarvis. P>

David Pendarvis strong> – Directeur administratif, Global General Counsel em> p>

Merci, Andrew . De toute évidence, nous avons passé beaucoup de temps avec d’autres acteurs du secteur à essayer d’éduquer les participants au marché afin qu’ils puissent soumissionner efficacement et intelligemment compte tenu des nouvelles règles. Nous restons encouragés par les changements mis en place, principalement le fait que la compensation du prix est ce qui va générer le remboursement par opposition au prix médian de l’ancien régime et à certains des autres changements qui ont été apportés, notamment l’obligation d’imposer des obligations dans des domaines particuliers. Nous espérons que cela, associé à l’éducation de l’industrie, débouchera sur des offres intelligentes et sur un remboursement équitable et plus réaliste. P>

Nous n’avons évidemment pas participé au processus d’appel d’offres. t pas eu des conversations directes avec les clients sur ce qu’ils offraient. Il est donc tout à fait hypothétique à ce stade que le remboursement ultime aboutisse. Mais peu importe où il se trouve, qu’il s’agisse d’un changement de remboursement de salaire privé ou d’un changement de Medicare US ou ailleurs dans le monde, nous travaillons continuellement avec nos clients pour les aider à être plus efficaces, les aider à tirer parti des opportunités qui se présentent eux-mêmes et pour leur permettre de mieux servir les patients, quels que soient les régimes de remboursement. Nous allons donc certainement continuer à le faire et regarder de près l’évolution du paysage américain de l’assurance-maladie, mais pour le moment, c’est encore un an et un peu plus loin. Nous continuerons donc de faire ce que nous faisons et nous nous concentrerons évidemment sur le moment venu. P>

Andrew Goodsall strong> – Marque MST – Analyste em> p>

Merci. Merci beaucoup. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Andrew. P>

Opérateur strong> p>

Votre question suivante est posée par Lyanne Harrison, de Bank of America Merrill Lynch. Votre ligne est ouverte. P>

Lyanne Harrison strong> – Merrill Lynch de la Bank of America – Analyste em> p>

Bonjour, messieurs. Merci d’avoir pris ma question. La croissance des masques solides hors des États-Unis, et je voulais simplement comprendre que l’un de vos concurrents a lancé un nouveau masque complet à l’extérieur des États-Unis. Avez-vous constaté une différence entre vos ventes de masques complets en dehors des États-Unis et aux États-Unis et comment vous positionnez-vous maintenant qu’elles ont obtenu l’autorisation de la FDA de se lancer aux États-Unis? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui. Alors merci pour la question, Lyanne. Et regardez, nous avons plusieurs concurrents dans 120 pays dans lesquels nous vendons et nous attendons régulièrement de nouveaux produits de nos concurrents. Comme vous l’avez indiqué, au cours du trimestre, nous avons enregistré une croissance de 19% en monnaie constante aux États-Unis, au Canada et en Amérique latine. Nous avons également enregistré une croissance constante de 19% du taux de change des masques en Europe, en Asie et dans le reste du monde. Certains de ces masques et de nouveaux lancements ont déjà été lancés au cours du trimestre. P>

Je pense donc que nous avons … Je sais que nous avons le portefeuille de masques pour l’apnée du sommeil le plus robuste de la planète, comparé à nos concurrents dans les 120 pays auxquels nous participons, mais il n’y a pas d’arrogance ni d’orgueil ici. Notre équipe d’ingénieurs R & D travaille furieusement non seulement sur une technologie permettant de répondre aux besoins non satisfaits, mais également de réfléchir différemment à la manière d’atteindre réellement cet objectif ultime, à savoir le CPAP silencieux et le masque invisible. Et si vous regardez le masque de catégorie minimaliste que nous venons de lancer, le N30 que nous venons de lancer est presque aussi proche d’un masque invisible que vous pouvez l’obtenir. C’est petit, c’est calme, c’est confortable. P>

Alors, j’adore l’innovation qui émane de nos concurrents et de nous parce que cela nous maintient tous honnêtes, mais au cours du trimestre, nous avons très bien performé. bien contre tous les NPI de nos concurrents avec notre propre NPI et je m’attends à ce que nous puissions le faire dans le futur. Et la concurrence n’est qu’une partie saine de la volonté de veiller à ce que des dizaines de millions de personnes retrouvent la respiration dont ils ont besoin. P>

Lyanne Harrison strong> – Bank of America Merrill Lynch – Analyste em> p>

Merci. P>

Opérateur strong> p>

Votre question suivante vient de John Deakin-Bell avec Citi. Votre ligne est ouverte. P>

John Deakin-Bell strong> – Analyste de Citi Investment Research – em> p>

Bonjour. Peut-être une question pour Brett vient-elle de déconstruire un peu cette expansion de la marge brute. Je pense que précédemment, vous nous avez donné le chiffre, mais que venait-il de MatrixCare, mais pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la forte croissance des masques, la marge plus élevée qui aura été impactée? Et aussi s’il existe un environnement de prix plus favorable aux États-Unis qui l’aidera également? P>

Brett Sandercock strong> – Le directeur financier em> p >

Oui. Salut John. C’est Brett. Je veux dire, je pense que ce sont toutes ces choses pour lesquelles l’environnement de tarification est probablement relativement clément pour le moment. Les impacts sont donc assez modestes. Pour ce qui est des acquisitions qui ont contribué pour environ 50 points de base, alors si vous pensez que cela reste très fort, appelons cela une expansion organique de la marge, ce qui est vraiment bon. Cela concerne vraiment l’efficacité de la fabrication et de l’approvisionnement, et il est clair que certains produits sont avantageux car vous avez constaté la surperformance de la croissance du masque. Je pense donc que la combinaison de tous ces facteurs a conduit à cette expansion. P>

John Deakin-Bell strong> – Analyste Citi Investment Research em> p >

d’accord. Merci, Brett. P>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question vient de David Bailey de Macquarie. Votre ligne est ouverte. P>

David Bailey strong> – Macquarie – Analyste em> p>

Bonjour, les gars. En ce qui concerne les masques et accessoires américains, vous avez parlé de l’adhésion au réapprovisionnement en tant que facteur clé de la croissance. Je me demandais si vous pouviez nous dire ce que vous pensiez de ces facteurs de croissance dans les deux ou trois prochaines années? P>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Oui, c’est une bonne question, David. Je vais le remettre à Rob. P>

Robert Douglas strong> – Président, directeur des opérations em> p>

Oui. Merci David. Le programme de réapprovisionnement a définitivement soutenu le portefeuille de masques. Nous avons parlé à plusieurs reprises, vous devez comprendre le type de retour d’information. Si vous pouvez obtenir un bon masque pour les patients, ils seront plus susceptibles de rester sous traitement, ils feront mieux et auront besoin d’un masque. Nous continuons ainsi de constater cette dynamique. P>

Nos solutions logicielles soutiennent les programmes de réapprovisionnement et permettent à nos clients HME de gérer plus efficacement les programmes de réapprovisionnement et de garantir aux patients le traitement dont ils ont besoin au moment opportun. soutiennent également. Ce sont des programmes à long terme. Nous avons mis en place des programmes de réapprovisionnement depuis de nombreuses années et nos équipes continuent de l’affiner et de le cibler. P>

Comme Mick l’a déjà dit, ces marchés sont concurrentiels, nous avons des concurrents qui jouent. les programmes de réapprovisionnement ainsi que dans le masque, et cela se résume vraiment à – nous avons une équipe très forte qui s’exécute de manière générale – à travers toutes les parties du portefeuille à ce sujet qui continuera à assurer que nous fournissons le meilleur solutions pour les patients et les fournisseurs, offrant le meilleur résultat. Donc, je pense que c’est vraiment stable à mesure qu’elle progresse. Nous aimons beaucoup ces programmes de réapprovisionnement et ils nous fournissent une entreprise solide et stable. P>

David Bailey strong> – Macquarie – Analyste em> p >

Merci beaucoup. p>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Merci. p> Opérateur strong> p>

La question suivante est posée par Sean Laaman avec Morgan Stanley, votre ligne est ouverte. p>

Sean Laaman strong> – Morgan Stanley – Analyste em> p>

Bonjour à tous. Mick, je me demande si nous pourrions obtenir un peu plus de précision sur l’étude Novartis que vous avez mentionnée dans vos observations préliminaires et peut-être sur quelques échéances qui seraient vraiment utiles? P>

Mick Farrell strong> – – Directeur général em> p>

Oui. Merci pour la question, Sean. Je n’étais pas à ERS, mais je vais laisser la parole à Dave Pendarvis, qui pourra nous donner plus de détails sur l’essai clinique Novartis. P>

David Pendarvis strong> – Directeur administratif, Global General Counsel em> p>

Terrific. Sean, nous l’avons mentionné dans les remarques liminaires, cela s’appelle MAGNIFY et bien sûr, avec les essais ces jours-ci, vous devez avoir un bon acronyme, ce qui signifie Maximiser l’adhésion et obtenir de nouvelles informations pour votre MPOC. Et l’essai va être, il est évidemment sponsorisé par Novartis et ce qu’il fait est de prendre les patients dans les cliniques, puis dans ces cliniques en randomisant les patients en pratique clinique standard ou en utilisant Propeller. Et ensuite, il y aura une comparaison et le point final est le délai avant l’échec du traitement, puis celui-ci est défini de différentes manières, telles que l’administration de médicaments supplémentaires, des exacerbations particulièrement aiguës, ce qui aboutit à ce genre de choses à l’hôpital. Et nous verrons si le fait d’ajouter les avantages d’adhérence de Propeller prolongera le temps que le patient restera dans cet état contrôlé. Le recrutement commence maintenant et je pense qu’il est censé durer jusqu’à la fin de 2021. p>

Cela prendra donc un certain temps avant qu’il ne rencontre sa – la fin de cette période. Mais ce qui est important, c’est qu’une grande partie des données qui ont été publiées aujourd’hui ont été recueillies dans le domaine de l’asthme. De toute évidence, c’est un domaine important sur lequel nous voulons nous occuper. Mais la stratégie de la MPOC est très importante pour nous en raison de la manière dont elle est liée à notre stratégie globale de soins respiratoires. Ainsi, le fait que Novartis parraine une étude sur les avantages de Propeller pour une population de patients atteints de MPOC constitue à notre avis une étape très importante et nous rechercherons les avantages potentiels de cette étude dans l’avenir, mais ce sera dans quelques années. p>

Sean Laaman strong> – Morgan Stanley – Analyste em> p>

Fantastique. Merci, Dave Merci, Mick. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Sean. P>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question provient d’Anthony Petrone avec Jefferies. Votre ligne est ouverte. P>

Anthony Petrone strong> – Jefferies – Analyste em> p>

Merci. Génial. Je vais juste faire un peu suite à la question de Novartis. Mick, vous avez mentionné il y a quelques semaines des indications d’intérêt d’AstraZeneca, de Glaxo et de Novartis sur Propeller Health. Vous vous demandez simplement si vous avez une mise à jour à cet endroit et tout ce que vous pouvez potentiellement dire sur le prix par utilisateur? Merci. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui. Merci pour la question, Anthony. Sociétés pharmaceutiques – il existe de nombreux fabricants de produits pharmaceutiques respiratoires, de produits pharmaceutiques respiratoires et les noms que vous avez mentionnés ont tous des médicaments sur le marché. Une des caractéristiques des sociétés pharmaceutiques est qu’elles sont très compétitives et qu’elles ne souhaitent pas que les informations soient partagées publiquement. Certes, dans notre dossier Investisseurs, nous indiquons les noms des personnes pour lesquelles nous avons publié des données cliniques et avec lesquelles nous travaillons. Et la raison pour laquelle nous faisons appel à Novartis dans nos remarques préliminaires, c’est qu’il s’agit d’un essai clinique public. Une des choses intéressantes qui se passe ici est qu’il y a beaucoup d’essais non publics qui se déroulent et dont nous ne pouvons évidemment pas parler. P>

À l’avenir, la chose importante à considérer Anthony, pour jeter un coup d’œil sur ce sujet, le genre d’option numérique en matière de santé, si vous aimez notre stratégie avec la solution Propeller, c’est quand on passe de ces essais pilotes à un essai commercial et quand ils nous le permettent. pour en parler publiquement. Et donc, si et quand cela se produit, c’est le jalon, je pense que c’est le plus important en tant qu’élément matériel pour nos actionnaires. P>

Comme je l’ai dit dans les remarques préliminaires, nous sommes entrés de bonne heure chez Propeller. Le long de la route. Je pense avoir utilisé l’analogie selon laquelle c’est un ultra marathon. C’est au-delà de 26,2 milles. C’est un énorme voyage. La MPOC, deuxième cause d’hospitalisation et de réhospitalisation, est la troisième cause de décès. La piste est excellente pour l’avenir, mais il n’ya rien de matériel dans le trimestre. Et donc, nous ne faisons que donner la mise à jour. Nous avons frappé 100 000 patients. Nous pensons que c’est fantastique. Validation correcte pour que Novartis commence son étude publique. Comme Dave l’a dit, cela va prendre quelques années. Mais je m’attendrais à ce qu’avant ces quelques années, nous franchissions d’autres étapes importantes vers des essais commerciaux dont nous pourrons parler lors des conférences téléphoniques à venir. Mais pour le moment, Anthony, il n’ya rien à signaler à part de très bonnes données préliminaires. P>

Anthony Petrone strong> – Jefferies – Analyste em>

Merci. p>

Opérateur strong> p>

Votre question suivante vient de Saul Hadassin avec UBS. Votre ligne est ouverte. P>

Saul Hadassin strong> – UBS – Analyste em> p>

Merci. Bonjour, Mick. Bonjour ou bon après-midi, Mick et Brett. Je veux parler du fait que l’entreprise SaaS est en train de nouer des liens avec Cerner, cela signifie donc qu’elle laisse effectivement cet espace post-aigu à des prestataires comme vous. Ce qui m’intéresse, c’est de savoir combien de travail il reste à faire pour permettre aux deux architectures de se parler. Si vous avez un nouveau dossier médical électronique, par exemple dans l’espace restreint proposé par Cerner, quel travail doit être effectué sur votre activité SaaS pour permettre à ces deux systèmes de se parler. Quand vous attendez-vous à ce que les avantages de ce partenariat se concrétisent? Merci. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui. Merci pour la question, Saul. Cela nous permet de parler du domaine de l’interopérabilité, qui est extrêmement important pour nous ici à ResMed. Nous avons 100 appels API par seconde en provenance d’intégrateurs dans notre écosystème de solutions aériennes. Ainsi, chaque seconde 100 interactions avec un autre DSE, DME, qu’il s’agisse d’une personne ou de l’application myAir, vérifie le traitement ou un médecin du pionnier du Massachusetts [Phonetic] qui recherche plus de 20 000 patients à gérer un protocole de gestion par exception. Cerner recherche ResMed et, vraiment, par l’intermédiaire de notre équipe dirigée par MatrixCare pour s’occuper des clients des services de soins à domicile et des soins palliatifs. P>

Ils ont donc des clients qui disposer de systèmes hospitaliers, mais pour la partie extra-hospitalière destinée aux soins à domicile et aux soins palliatifs, ils souhaitent que ResMed soit leur partenaire pour s’occuper de ces problèmes. Et nous pensons que c’est une opportunité vraiment excitante pour l’équipe commerciale de MatrixCare et pour l’équipe commerciale de Cerner de s’associer et de progresser. Et il était vraiment intéressant à la conférence Cerner d’avoir nos équipes MatrixCare et Brightree et toute la technologie disponible sur l’application iPad ainsi que toutes les fonctionnalités dont nous disposons pour la santé à domicile et les soins palliatifs, ainsi que pour obtenir de très bonnes pistes. P>

Ce contrat Cerner ne sera pas important dans les 90 prochains jours pour nous, mais la raison pour laquelle nous en parlons est cette idée d’interopérabilité avec Cerner, avec Epic, avec Allscripts, avec tous les acteurs de l’hôpital. soins de santé, nous pensons qu’il sera très important que ResMed soit la meilleure personne capable de fournir à cette poignée de main cette API d’un praticien de soins de courte durée à ce qu’elle appelle des soins postactifs, mais ce que nous appelons des soins de santé extra-hospitaliers et nous pensons ce partenariat sera vraiment solide. p>

Nous vous tiendrons donc au courant des progrès des trimestres, non seulement pour le partenariat Cerner pour la santé à domicile et les soins palliatifs, mais également pour d’autres partenariats avec des systèmes hospitaliers, des fournisseurs d’hôpitaux et des centres hospitaliers. Fournisseurs de DSE. Nous pensons que c’est une bonne étape de montrer que l’un des trois principaux leaders, avec Epic et Allscripts à l’hôpital DSE, a choisi ResMEd comme fournisseur de soins de santé à domicile et de soins palliatifs avec notre solution MatrixCare, et nous en sommes ravis.

Saul Hadassin strong> – UBS – Analyste em> p>

Merci. p>

Opérateur strong> p>

Votre prochaine question est de Thomas Yeo avec Goldman Sachs. Votre ligne est ouverte. P>

Chris Cooper strong> – Goldman Sachs – Analyste em> p>

Bonjour, là-bas. C’est Chris Cooper pour Tom. Et des excuses si je l’ai manquée, mais je n’ai pas entendu beaucoup de commentaires sur le concentrateur d’oxygène portable Mobi ce matin et dans vos remarques préparées. Pourriez-vous nous donner une mise à jour à cet endroit, s’il vous plaît? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Oui. Merci pour la question, Chris. Je vais le remettre à Rob. P>

Robert Douglas strong> – Président, directeur des opérations em> p>

Merci, Mick. Oui, Thomas Comme vous vous en souvenez, nous avons lancé Mobi très tôt cette année et nous sommes en quelque sorte en mode d’apprentissage. C’est un très bon produit. En fait, nous en apprenons beaucoup sur la performance du produit et nous avons discuté de la question de l’équilibre entre les spécifications de performance et du fonctionnement du produit, et nous continuons de la valider. Et donc, nous sommes en pleine forme là-bas. P>

Ce que nous apprenons aussi, c’est que c’est un défi, en particulier grâce au modèle de remboursement américain, qui consiste à amener les bons patients au bon traitement et à obtenir cette propriété financée et nous avons expérimenté des expériences pour trouver des moyens d’optimiser et de développer cela. En réalité, nous apprenons beaucoup de choses sur nos futures voies de commercialisation et sur la manière de le faire – comment pouvons-nous le rendre le mieux adapté à nos clients HME pour aider les patients et quels sont les besoins futurs des produits à venir? et intégrer les apprentissages dans notre future feuille de route. p>

Le processus d’apprentissage a donc bien abouti. Nous ne sommes toujours pas un acteur majeur de la part de marché avec ce produit et il est peu probable que le produit Mobi que nous investissons et la direction que nous suivons évoluent à court terme. P> Opérateur strong> p>

Votre question suivante vient de Mike Matson, de Needham & Company. Votre ligne est ouverte. P>

Michael Matson strong> – Needham & Company – Analyste em> p>

Bonjour. Merci d’avoir pris ma question. Je suppose que je voulais juste poser une question sur le fait qu’il existe un projet de loi dans le Congrès HR 2771 visant à prolonger l’allégement du programme d’enchères qui, à mon avis, expirera en 2020. Alors, curieux de savoir ce que vous en pensez et Qu’est-ce que cela signifie si cela ne devait pas réussir? Merci. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Je vais poser cette question à Dave Pendarvis. P >

David Pendarvis strong> – Directeur administratif, Global General Counsel em> p>

Oui. Merci, Mike Oui, le Congrès américain déploie actuellement beaucoup d’efforts pour tenter de fournir un allègement, en particulier celui que vous avez mentionné, qui consiste à prolonger l’allègement qui avait été accordé, à savoir un mélange à parts égales entre le remboursement antérieur et le remboursement. le nouveau système de remboursement dans ces zones rurales. Nous appuyons certainement cette loi. Nous pensons qu’il est important que nos clients qui opèrent en particulier dans des zones étendues où ils doivent parcourir de nombreux kilomètres pour se rendre chez leurs patients aient besoin d’un remboursement qui reflète leurs coûts d’exploitation. Nous espérons certainement que les champions la journée se déroulera au Congrès. p>

Comme votre question l’indique, il se passe beaucoup de choses au Congrès américain ces jours-ci. Il est très difficile de prédire si quelque chose comme cela va finalement passer ou si la CMS peut réagir seule et fournir ce type de répit. Si ce n’est pas le cas, comme je l’ai déjà dit à propos des appels d’offres, nous allons évidemment collaborer avec nos clients pour faire tout ce qui est en leur pouvoir pour les aider. Nous pensons que les capacités à distance de nos appareils sont idéales pour prendre en charge les réglages à distance. Vous pouvez faire des choses comme changer certains réglages sur un CPAP, vous pouvez certainement interroger le CPAP pour obtenir des informations sur la qualité de la thérapie fournie, sans avoir à vous rendre chez vous à la maison. P>

Donc nous pensons que ces systèmes aidant les clients, qu’ils soient dans les zones rurales ou non, à les déployer sont probablement la meilleure chose que nous puissions faire pour aider dans ce type de contexte. Mais nous continuerons à soutenir cette législation et d’autres efforts de la part de la CMS pour tenter de s’assurer que les politiques et le remboursement de Medicare sont aussi favorables que possible pour le bénéfice ultime des bénéficiaires de Medicare. P>

Michael Matson strong> – Needham & Company – Analyste em> p>

Excellent. Merci. P>

Opérateur strong> p>

Votre question suivante vient de Shane Storey avec Wilson. Votre ligne est ouverte. P>

Shane Storey strong> – Wilson HTM – Analyste em> p>

Bonjour. Merci d’avoir pris ma question. C’est peut-être un peu tangentiel, mais cela a trait aux modifications de remboursement de la SMC qui frappent les fournisseurs d’infirmières qualifiées ce mois-ci. En quelque sorte, comme une opportunité supplémentaire pour Matrix, avez-vous une estimation de la proportion de fournisseurs qui n’ont pas encore adopté de bonnes solutions? Et vous voulez savoir quelle est la croissance, quel type de marché existe pour Matrix sur le marché du SaaS? P>

Mick Farrell strong> – Directeur général Officier em> p>

Ouais, Shane. Merci pour la question. C’est un bon. Il y a des changements dans les remboursements non seulement dans HME dont nous venons de parler, mais aussi dans les centres de soins infirmiers spécialisés et dans les centres de soins à domicile et les soins palliatifs. Celles-ci offrent d’excellentes opportunités aux fournisseurs de logiciels en tant que services – si vous êtes en avance sur le jeu, comme MatrixCare l’a été pour les changements d’institutions de soins infirmiers qualifiés, tout comme nous le sommes pour les changements de soins à domicile et de soins palliatifs, afin de pouvoir aider les clients Ce changement et même augmenter la part parce que vous avez la meilleure solution qui gère bien ces changements. p>

Je peux dire que le nouveau PDG de MatrixCare, Steve Pacicco, a noué d’excellentes relations avec le Il possède une excellente équipe de vente qui connaît très bien les équipes des établissements de soins infirmiers qualifiés. Et nous les avons non seulement aidés à traverser ces changements au cours de ce trimestre, mais nous leur avons également expliqué que nos systèmes fonctionnaient bien dans le cadre de la nouvelle approche de remboursement au sein de ces secteurs. P>

Tout cela fait partie du plan d’exécution de 2020 dont je parlais tout à l’heure, à savoir une bonne pop-up, même si le taux de croissance pondéré de ces sept secteurs de la santé extra-hospitalière se situe à un chiffre. Nous pensons qu’il existe des domaines dans lesquels nous pouvons obtenir une meilleure croissance que celle-là. Et nous prévoyons de quitter 2020 avec une trajectoire de croissance à deux chiffres dans le segment du SaaS. Et une partie de cela va faire exactement ce que votre question a demandé, à savoir chaque centre de la verticale, qu’il s’agisse d’établissements de soins infirmiers spécialisés, de notre nouveau jeu dans la santé à domicile et l’hospice, le permis de chasse avec Cerner en plus de notre la possibilité d’augmenter la part de marché en disposant de solutions à l’avant-garde en ce qui concerne les modifications de remboursement, ce sont toutes des opportunités de croissance plus rapide et de partenariat plus long avec nos clients. p>

Shane Storey strong> – Wilson HTM – Analyste em> p>

Merci, Mick. Appréciez-le. P>

Opérateur strong> p>

Votre question suivante est de Steve Wheen avec Evans. Votre ligne est ouverte. P>

Steve Wheen strong> – Evans & Partners – Analyste em> p>

Bonjour, désolé. Je voulais juste revenir à Brett sur la marge brute. Vous avez généralement donné une fourchette pour cela en termes de conseils. Pouvez-vous le refaire ce trimestre? P>

Brett Sandercock strong> – Le Directeur financier em> p> p>

Oui. Bien sûr, Steve. Je veux dire, il y a beaucoup d’éléments en mouvement, mais je pense que cela concorderait globalement avec ce que nous avions en Q1. P>

Steve Wheen strong> – Evans & Partners – – Analyste em> p>

Parfait. Merci. P>

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Merci, Steve. P>

Opérateur strong> p>

Et votre question suivante est celle d’Anthony Petrone avec Jefferies. Votre ligne est ouverte. P>

Anthony Petrone strong> – Jefferies – Analyste em> p>

Juste un suivi rapide des masques. Je sais que vous avez mentionné, Mick, quelques lancements. Je me demande simplement combien de stocks il y avait potentiellement dans le trimestre? Et puis juste sur l’article principal. Y a-t-il – Dave, vous avez mentionné, nous avons parlé il y a quelques jours, mais y a-t-il une indication sur la manière dont cela arrive en quelque sorte après la période de notification? Merci encore. P>

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Oui. Alors Anthony, je vais prendre la première partie de votre question sur les masques et Dave va prendre la deuxième partie. Il est clair que nous avons eu une excellente introduction de nouveaux produits au cours des 12 derniers mois, mais votre question portait sur les commandes de stock. Notre distribution aux États-Unis et, franchement, nos partenaires de distribution dans le monde entier deviennent très intelligents en matière de gestion des stocks, pas seulement ceux qui utilisent Brightree et possèdent le système de gestion des stocks Brightree de ResMed, qui le gérera réellement pour eux, mais bon nombre d’entre eux deviennent vraiment appropriés sur savoir quand un nouveau masque arrive, regarder comment les énigmes le montent et voient le flux des patients et s’assurer qu’ils ne prennent pas trop d’avant ou derrière la courbe. Vous ne voulez pas d’un patient dans la salle d’essayage qui veut la N30 et ce n’est pas là, mais d’un autre côté, vous ne voulez pas de stocks excédentaires car j’ai un inventeu Comme tout le monde le sait, nos distributeurs américains ont des coûts de portage très sophistiqués. p>

Alors, évidemment, lorsque vous lancez un nouveau masque, les gens doivent s’assurer de l’obtenir. sur l’étagère. Mais compte tenu de la proportion de patients en réapprovisionnement existants, qui représente une part très importante, en particulier du flux de patients des distributeurs américains, nous ne pensons pas que le stockage ait eu un impact significatif. Nous n’avons pas une idée complète de nos clients qui n’utilisent pas Brightree ou d’autres solutions de gestion des stocks, mais nous pensons que c’est une approche relativement stable et que nous avons introduit de nouveaux produits au cours des 20, 30 dernières années. dans les affaires. Et je ne – nous n’avons pas vu un taux aussi élevé auparavant et je ne pense pas que nous ayons vu un taux aussi élevé au cours du dernier trimestre. P>

Dave, la deuxième partie de la question pour vous. p>

David Pendarvis strong> – Directeur administratif, Global General Counsel em> p>

Bien sûr. Oui, merci Anthony. J’ai mentionné un peu plus tôt que ResMed et d’autres participants de l’industrie ont mis beaucoup d’énergie et de ressources pour tenter d’éduquer les participants du marché qui vont enchérir sur divers facteurs, notamment le prix des articles en plomb, et nous avons développé un calculateur qui a été mis au point. Lors de la réunion Medtrade qui a eu lieu plus tôt cette semaine à Atlanta, certaines statistiques ont révélé que plus de 17 000 téléchargements de cette calculatrice avaient été effectués. Et c’est tout simplement celui qui était disponible pour les participants ici. CMS disposait de sa propre calculatrice téléchargée par les utilisateurs. P>

D’après les conversations que j’ai eues, ma compréhension est que la plupart des DME connaissent très bien la tarification des articles en plomb et son fonctionnement. Et, espérons-le, ils ont utilisé les outils pour modéliser des scénarios en fonction de leur propre entreprise et de leur propre volume de produits dans différentes catégories, de manière à pouvoir enchérir de manière intelligente et de manière à obtenir un résultat juste et raisonnable. remboursement. p>

Je suis donc convaincu que nous avons bien compris que le message avait été reçu. De toute évidence, nous ne savons pas comment les gens soumissionnent et nous allons travailler avec les clients du mieux que nous pouvons pour essayer de mettre en œuvre les choses le jour venu. Mais nous sommes convaincus que nous avons fait ce que nous pouvions pour éduquer. P>

Anthony Petrone strong> – Jefferies – Analyste em> p>

Merci encore. P>

Opérateur strong> p>

Nous en sommes maintenant à l’heure d’une heure et nous allons donc rappeler l’appel à Mick Farrell. P >

Mick Farrell strong> – Président directeur général em> p>

Merci, Chris. Et merci encore à tous nos actionnaires de nous avoir rejoints à l’appel de ce trimestre. Je voudrais également remercier les 7 500 ResMedians, dont beaucoup sont également actionnaires pour leur dévouement et leur travail ardu, aidant les gens à mieux respirer, à mieux dormir et à mieux vivre en dehors de l’hôpital, dans 120 pays du monde. Merci pour tout ce que vous faites aujourd’hui et tous les jours. Nous reparlerons avec tous nos actionnaires dans environ 90 jours. Parlez-vous à tous alors. P>

Amy Wakeham strong> – Vice-présidente des relations avec les investisseurs et des communications d’entreprise em> p>

Excellent. Merci encore à tous d’être venus aujourd’hui. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à contacter le service des relations avec les investisseurs ou directement à moi. Comme mentionné précédemment, tous les documents, y compris la transcription et une retransmission de l’appel d’aujourd’hui, seront disponibles sur notre site web plus tard aujourd’hui. Chris, vous pouvez maintenant mettre fin à l’appel. P>

Opérateur strong> p>

[Remarques de clôture de l’opérateur] p>

Durée: 62 minutes strong> p>

Appelez les participants: h2>

Amy Wakeham strong> – Vice-présidente des relations avec les investisseurs et de la communication d’entreprise em> p >

Mick Farrell strong> – Directeur général em> p>

Brett Sandercock strong> – Directeur financier> / em> p>

Robert Douglas strong> – Président, Chief Operating Officer em> p>

David Pendarvis strong> – – Directeur administratif, Global General Counsel em> p>

Gretel Janu strong> – Analyste du Credit Suisse em> p> Steve Wheen strong> – Evans & Partners – Analyste em> p>

Margaret Kaczor strong> – William Blair & Société – Analyste em> p>

David Low strong> – JP Morgan – Analyste em> p>

Andrew Goodsall strong> – Marque MST – Analyste em> p>

Lyanne Harrison strong> – Merrill Lynch de la Bank of America – analyste em> p>

John Deakin-Bell strong> – de Citi Investment Research – analyste em> p>

David Bailey strong> – Macquarie – Analyste em> p>

Sean Laaman strong> – – Morgan Stanley – Analyste em> p>

Anthony Petrone strong> – Jefferies – Analyste em> p>

Saul Hadassin strong> – UBS – Analyste em> p>

Chris Cooper strong> – Goldman Sachs – Analyste em > p>

Michael Matson strong> – Needham & Company – Analyste em> p>

Shane Storey strong> – Wilson HTM – Analyste em> p>

Autres analyses RMD p>

Transcriptions d’appels de toutes les recettes p>

Logo AlphaStreet img> p>                                                                                                                                                                             span>                                      Conditions d’utilisation em> pour plus de détails, y compris nos décharges de responsabilité capitalisées obligatoires. em> p>